comment apprendre à parler italien

Lettre ouverte à celles et ceux qui ne peuvent pas partir vivre en Italie pour apprendre à parler italien 

Nous, les amoureux et amoureuses de l’Italie, 

on ne veut pas apprendre la langue de Dante juste pour se débrouiller pendant les vacances dans le Bel Paese ou pour aider les touristes en France. 

 

Nous, les amoureux et amoureuses de l’Italie, 
on veut encore plus comprendre la culture italienne et son peuple grâce à sa langue ; 
on veut parler italien non-stop tous les jours parce qu’on a besoin de cette langue ; 
on ne veut faire qu’un avec l’italien.   

 

Je sais que c’est ton cas. 

Rien qu’à l’idée de t’imaginer en Italie en train de discuter avec les locaux, de tout comprendre (y compris les jeux de mots et blagues), de parler l’italien des Italiens et des Italiennes sans difficulté et sans accent français, tes yeux brillent, tes lèvres sourient et ton cœur bat. 

 

Retour à la réalité. 

Tu sais que tu ne peux pas échapper aux règles, aux modes et temps verbaux et à toutes les listes de vocabulaire à connaître pour réussir à t’exprimer parfaitement en italien. 

Tu t’accroches à l’école et/ou à tes cours particuliers parce que tu sais que tu as besoin des bases mais toi, ça ne te suffit pas car tu rêves de devenir bilingue et de parler italien tous les jours. 

 

Tu penses donc que la solution pour atteindre ton objectif est de partir vivre en Italie. 

C’est le seul moyen, à tes yeux, de pratiquer la langue au quotidien et de progresser à l’oral en faisant autre chose que de la grammaire et de la conjugaison. 

 

C’est désormais facile, il y a les séjours à l’étranger dans le cadre des études supérieures mais… 

Peut-être que tu n’as pas la chance de partir (refus, budget, peur de vivre en solo à l’étranger, etc.).
Peut-être que l’Italie n’est pas proposée dans ton cursus universitaire.
Peut-être que, tout simplement, tu as choisi de te lancer directement dans la vie active, que tu travailles déjà en CDI et que tu ne peux pas te permettre de tout quitter. 

 

Alors pourquoi ne pas plutôt essayer de trouver quelqu’un avec qui parler et apprendre en même temps ? 

Mais peut-être que ta famille n’est pas italienne ou que tu n’as pas d’ami.e.s d’origine italienne. 

Et même si c’était le cas, ils et elles n’ont peut-être ni le temps, ni l’envie de te parler en italien au quotidien, et encore moins les compétences nécessaires pour t’aider à progresser comme tu le souhaites. 

 

Et les tandems linguistiques ou les Erasmus dans ta ville ? 

D’un côté, tu comprends vite que tu vas forcément utiliser ta langue maternelle à un moment ou à un autre et c’est tout ce que tu fuis. 

De l’autre, tu es face à des étudiants et étudiantes qui sont comme toi et qui ne veulent rien faire d’autre que parler en français, leur langue étrangère, et tu les comprends totalement. 

 

Tu décides alors de prendre les choses en main, d’apprendre la langue de Dante en solo : sans école, sans prof, sans partir vivre en Italie et sans connaître personne d’origine italienne. 

Et tous les jours tu te dis que c’est bon, aujourd’hui tu vas t’y mettre : tu te poses sur ton bureau ou sur une table, tu prends ton cahier et ton stylo, puis tu commences à revoir tes (vieux) cours d’italien, ou alors tu consultes un livre de grammaire et de conjugaison si tu débutes seulement, ensuite tu fais une petite pause, tu lances quelques chansons italiennes sur YouTube pour te divertir et de vidéos en vidéos, tu tombes sur des gens lambda qui parlent en italien, tu les écoutes et regardent attentivement et tu vas chercher tous les termes que tu ne connais pas, puis tu feuillettes le livre de vocabulaire avec les 1 000 mots et expressions à connaître absolument pour parler italien, tu essayes d’en mémoriser au maximum et enfin, au bout de quelques minutes ou heures, tu ranges tout ton matériel bien à sa place en te disant deux choses :  

    • D’un côté, que ce fut une bonne séance productive ;  
  • De l’autre, que tu ne sais pas si c’était vraiment utile (= efficace) parce que, au fond, tu vois bien que tu ne progresses pas en faisant ainsi, que tu répètes les mêmes règles et les mêmes mots à chaque séance, que tout ne rentre malheureusement pas dans ta tête. 

 

Tu fais pourtant bien les choses. 

Tu étudies sérieusement la grammaire, la conjugaison et le vocabulaire dans tous les domaines possibles et imaginables. Tu écoutes et regardes du contenu en langue originale. 

Mais voilà, tu n’es pas efficace car tu n’as pas la bonne méthode d’apprentissage en ce qui concerne l’oral. 

Et la conclusion, c’est que tu n’avances pas : soit tu restes au même niveau, soit tu as l’impression de régresser et de ne plus rien savoir en italien.  

Tu te retrouves donc, pour l’instant, à ne faire qu’un avec la déception, la frustration ou le découragement (ou les trois en même temps). 

 

MAIS C’EST NORMAL 

Personne ne t’a montré comment pratiquer pour apprendre à parler italien. 

 

Au début, tu comptais peut-être sur l’école mais tu t’es vite rendu compte que ce n’était pas le lieu adéquat pour apprendre à parler italien. 

En effet, l’école n’est pas là pour t’enseigner une langue étrangère. 

La preuve, tu apprends avant tout pour les notes et la moyenne générale, puis tu oublies tout à la seconde même où ton examen est passé et tu es incapable de discuter avec les touristes en langues étrangères, non ? 

Oui je sais, le cliché français… mais réalité française aussi. 

 

La vérité, c’est que le travail des profs consiste juste à te donner envie d’apprendre une langue étrangère. 

Leur rôle est de transmettre les bases de la langue et de faire découvrir la culture, à travers leur passion et leur amour pour le pays en question, de manière à ce que chaque élève puisse réussir à se débrouiller un minimum dans un contexte donné. 

Point.  

 

Les langues sont définies par l’adjectif « vivantes » mais… 

…le problème, c’est qu’on nous enseigne (trop) les techniques de la langue et qu’on ne nous laisse pas vivre la langue. 

Prenons l’exemple du français, ta langue maternelle : tu la parlais déjà quand on t’a enseigné toutes ses règles, exceptions et problématiques, non ?  

Tu t’imagines en maternelle avec des cours de grammaire, de conjugaison et une liste de vocabulaire à apprendre par cœur ?  

 

Ce sont des points essentiels pour connaître une langue, je suis la première à le penser et à le dire. 

MAIS on ne te montre pas comment parler la langue 

L’oral est négligé, voire oublié, et à force de ne pas pratiquer, on ne sait pas parler ou pire, on a peur de parler en langue étrangère. 

 

Conclusion : apprendre l’italien et t’améliorer devient difficile, ce n’est pas ou plus motivant et amusant mais au contraire frustrant et ennuyant.  

 

Si tu en as la possibilité, partir en Italie semble alors être LA solution 

oui mais non 

Oui parce que c’est le meilleur contexte pour apprendre et pratiquer la langue. 

Non parce que vivre à l’étranger ne garantit en rien que tu vas réellement apprendre, faire des progrès à l’oral et encore moins devenir bilingue.  

 

Tout va dépendre de ton comportement sur place et de tes relations avec les autres : 
    • Si tu ne fais rien pour aller vers les locaux et te lier d’amitié avec les Italiens et les Italiennes, que tu te contentes de te bourrer la gueule à toutes les soirées (étudiantes), que tu parles plus français ou anglais qu’italien, tu vas t’éloigner de ton but ; 
  • De la même manière, si tu dois déménager en Italie pour X ou Y raisons mais que tu ne côtoies et n’interagis avec aucun Italien ou Italienne de manière régulière et poussée, tu n’arriveras à te débrouiller que dans la vie de tous les jours (et encore puisque bon, pas besoin de faire un exposé au supermarché ou à la poste). 

En gros, si tu ne sors jamais de chez toi, ou que quand tu sors tu restes dans ton cercle francophone, que tu n’oses pas rencontrer et parler avec les Italiens et les Italiennes, tu ne progresseras pas et ce, même si tu vis 10 ans dans le Bel Paese. 

Au mieux, tu auras peut-être un peu amélioré ta compréhension orale mais tu ne pourras pas dire la même chose de ton expression orale.  

 

Une autre solution s’offre à toi : apprendre l’italien en solo 

Tout le monde affirme que c’est une langue facile et rapide à maîtriser pour les francophones donc autant essayer par toi-même, non ? 

Mais comme toi, tu ne veux pas juste te débrouiller et que tu vises un excellent niveau, tu te rends vite compte qu’en fait, l’italien n’est pas aussi simple que ce que l’on t’a fait croire et que non, ça n’a rien à voir avec le français.  

 

Le problème dans ta démarche d’autoapprentissage, c’est que tu fais de la théorie et c’est tout. 

Comme à l’école, parce que c’est ce que tu as toujours vu et fait. 

Or toi, tu rêves de parler italien 

Je répète : PARLER italien 

Que ce soit pour trouver du travail en Italie et y vivre, pour renouer avec tes origines, pour suivre et comprendre tout du calcio et de la Nazionale italiana en VO ou tout simplement parce que la langue italienne est ta passion. 

Tu révises et vérifies tes acquis ; tu écoutes, découvres et apprends peut-être, oui…  

…mais tu ne parles pas.  

Tu fais tout à part ça et tu n’es pas dans l’action 

 

Ce que personne n’ose te dire, c’est que tout dépend de toi. 

Le ou la prof de langues, c’est comme un ou une chef.fe de cuisine qui te donne une recette (= une méthode) et t’explique comment et quels ingrédients et ustensiles (mots, expressions, tournures, grammaire, conjugaison) utiliser. 

Mais c’est à toi de cuisiner, puis de recommencer encore et encore, jusqu’à ce que le résultat soit parfait pour toi. 

Et c’est à toi de pratiquer l’italien de ton côté et d’apprendre encore et encore de manière plus poussée. 

 

Récapitulons. 

Tu rêves de parler italien non-stop tous les jours, tu n’as pas la chance de partir vivre en Italie pendant des mois voire des années, tu ne connais personne avec qui pratiquer la langue et tu ne veux en aucun cas te servir du français. 

Tu travailles sérieusement la grammaire et la conjugaison, tu apprends fréquemment du vocabulaire nouveau, tu regardes attentivement des films en VO et tu écoutes joyeusement de la musique italienne. 

Seulement voilà, tu n’arrives pas à améliorer ton niveau à l’oral et encore moins à parler italien. 

 

QUEL EST LE PROBLÈME ?  

    • L’ÉCOLE n’est pas faite pour apprendre une langue étrangère car elle n’applique pas les bonnes méthodes et elle a pour but de te donner envie de découvrir une culture et une langue. S’il suffisait de connaître par cœur les verbes, les règles de grammaire ainsi que le vocabulaire le plus utilisé, on attendrait quoi pour apprendre toutes les langues du monde ?  
    • BIEN PARLER ITALIEN, ce n’est pas si facile que ça. Se faire comprendre et baragouiner, c’est un jeu d’enfants mais parler comme les Italiens et les Italiennes du Bel Paese et non pas comme dans une salle de classe, un livre ou sur une application, c’est tout de suite plus difficile. Il faut vivre la langue et la pratiquer au quotidien pour viser la perfection. 
  • VIVRE EN ITALIE pour apprendre à parler la langue de Dante est utile, certes, mais ce n’est pas automatique et encore moins une évidence. Vivre sur place n’assure pas d’avoir un excellent niveau d’italien ou d’être bilingue. Il faut se comporter de la bonne manière pour progresser à l’oral, que tu sois en Italie ou ailleurs. 

 

TOUT DÉPEND DE TOI et de comment tu approches la langue pour atteindre ton objectif.  

C’est à toi de travailler : ce ne sont ni tes profs, ni les locaux, ni ta famille ou tes ami.e.s d’origine italienne, et encore moins les films ou les chansons qui peuvent te fournir la recette miracle pour arriver à parler italien sans accent et, dans l’idéal, comme ta langue maternelle. 

 

La clé, c’est la pratique 

En solo ou à plusieurs, peu importe tant que tu le fais de la bonne manière.  

L’italien est une langue vivante et c’est en la vivant que tu vas comprendre d’abord et apprendre ensuite la grammaire, la conjugaison et du vocabulaire. 

Et vivre italien, ce n’est pas forcément vivre en Italie pendant 10 ans pour arriver à un niveau d’excellence ou à un bilinguisme. 

Vivre italien, c’est parler tous les jours cette langue qui te fait vibrer, que tu sois en Italie ou France, dans un bar, au travail ou dans tes chiottes. 

 

COMMENT JE LE SAIS ? 

Eh bien, tout simplement parce que j’ai appris à parler italien toute seule ET en France. 

Les deux seules fois où j’ai eu la chance de partir en Italie (5 jours en 4ème dans le cadre d’un voyage scolaire en Toscane + 1 mois pour un échange à Padoue 5 ans plus tard), je n’en ai pas profité pour pratiquer comme il se devait et je rentrais en me disant que l’italien, c’était trop difficile dans la vraie vie une fois sortie d’une salle de classe.  

 

J’ai évidemment essayé plusieurs méthodes comme tout le monde et certaines marchent, d’autres moins et d’autres encore pas du tout.  

Apprendre une langue avec les films et les séries en VO, par exemple, c’est une vaste blague pour moi. 

Si c’est pour ne pas réussir à ouvrir la bouche quand 1 touriste me parle, perso je n’appelle pas ça apprendre une langue mais juste améliorer ma compréhension orale 

 

Une langue c’est écouter, oui, mais c’est aussi parler (tout comme lire ET écrire à l’écrit).  

Si tu te contentes de regarder des vidéos en italien, que tu comprends tout et que tu arrives à identifier des expressions récurrentes, c’est très bien. 

Mais si tu ne les appliques pas, que tu ne pratiques jamais et que tu ne PARLES pas, c’est inutile.  

 

ET SI JE T’EXPLIQUAIS… 

…comment j’ai fait pour me débarrasser de mon accent français et pour réussir à parler italien avant même de partir vivre en Italie et sans l’aide de personne ? 

 

Je vais te montrer que c’est totalement possible car encore une fois, tout dépend de toi 

Ni de tes profs, des locaux ou de tes potes. Ni des films, des séries ou des chansons. Ni des applications, des formations en ligne ou des exercices. 

Tu auras beau utiliser le meilleur matériel, les meilleurs outils ou te faire aider des meilleures personnes, si tu ne fais aucun effort et que tu ne t’impliques pas, tu ne progresseras pas et tu n’atteindras jamais le niveau (d’excellence ou non) que tu vises. 

Personne n’est là pour faire le travail à ta place et une fois que tu as compris et accepté ce petit détail, tu ne pourras que mieux apprendre pour t’améliorer. 

 

Revenons à mon cas pour mieux comprendre le pourquoi du comment.  

Je t’invite à lire mon article L’italien et moi : mon parcours scolaire pour connaître tous les détails sur mon histoire et mon rapport avec la langue de Dante. 

Ici, je vais me concentrer sur mes années de Licence parce que c’est durant cette période que j’ai eu le déclic et que tout a changé dans mon approche en ce qui concerne l’oral en particulier. 

 

  • 2009/2011 : je suis en deuxième et troisième années de Licence LLCE Italien 

Mon séjour à Padoue ne s’est pas déroulé comme je l’imaginais (et idéalisais) parce que j’étais partie avec l’idée de pratiquer et de ne rien faire d’autre que parler italien pendant 1 mois pour rattraper l’année de L1 que je venais de passer et où je n’ai quasiment rien appris. 

Je suis rentrée en étant déçue de moi-même car je me suis trouvée trop timide et j’étais carrément frustrée puisque je revenais avec le même niveau voire pire étant donné que je me sentais incapable de parler italien 

Résultat : j’ai perdu confiance en moi et je n’avais plus cette facilité à parler en italien comme au lycée avec mon prof. 

 

J’ai commencé à craindre la seule heure de cours exclusivement dédiée à l’oral et même les autres cours où les profs pouvaient nous inciter à participer et donc à parler italien devant tout le monde. 

Mais au-delà de ce détail, je n’étais tout simplement plus à l’aise en italien à l’oral car : 

  • Je suis passée d’un prof d’italien avec qui j’avais du mal à m’arrêter de parler à 10 profs qui m’intimidaient (même si je les admirais) et j’avais besoin d’un temps d’adaptation pour m’habituer et mieux les connaître ; 
    • J’ai fait la chose à ne jamais faire à aucun moment, contexte ou situation : se comparer aux autres. La moitié de ma promo était d’origine italienne et parlait déjà avec un bon accent (et dans leur dialecte incompréhensible) grâce à leur famille et à leurs séjours dans le Bel Paese depuis toujours ; 
    • Je ne me sentais plus légitime pour la langue italienne (oui) (carrément), dans le sens où je n’estimais plus avoir les compétences et les qualités requises pour l’étudier, la pratiquer et l’aimer puisque je n’avais même pas été capable de parler dal vivo avec les Italiens et les Italiennes à Padoue ; 
  • Et au lieu de m’avouer tout cela, je me suis cachée derrière ma timidité alors que j’avais juste peur de dire n’importe quoi, n’importe comment et d’être jugée en oubliant que j’étais justement là pour me tromper et que c’était essentiel pour apprendre et progresser. 

Je ne critique personne si ce n’est moi parce que je sais que c’était un mauvais raisonnement de ma part mais à l’époque, j’étais encore convaincue que la seule solution pour progresser à l’oral était de partir vivre en Italie, et cette fois-ci, beaucoup plus qu’un mois pour pouvoir rencontrer plus de locaux, avoir des conversations moins superficielles et construire de vraies relations.  

 

C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers Erasmus qui est une opportunité en or pour expérimenter la vie à l’étranger. J’ai postulé en L2 pour passer ma L3 en Italie en me jurant que cette fois-ci, je ne traînerai avec aucun francophone et que je ferai tout pour aller vers les locaux. 

Mais voilà, ma candidature n’a pas été acceptée… ou plutôt, nos profs ont refusé que ma promo parte en Italie car ils et elles voulaient qu’on termine notre Licence en France pour nous préparer au mieux aux examens et concours écrits ici (presque tout se fait à l’oral en Italie). 

Je les ai toutes et tous évidemment détestés sur le coup mais avec le recul, je les remercie parce que ces deux années de LLCE m’ont aidée à atteindre le niveau que j’ai aujourd’hui en italien à l’écrit grâce à toutes mes lectures et aux nombreux commentaires, dissertations et analyses de sujets, de citations ou d’œuvres. 

 

En bref, le problème concernait seulement l’expression orale pour moi puisque tout se passait à merveille à l’écrit, que ce soit la compréhension ou la production. 

 

LE JOUR OÙ J’AI EU LE DÉCLIC ET QUE TOUT A CHANGÉ 

L’élément déclencheur a été Erasmus : dès que j’ai su que je ne partirai pas en Italie pour finir ma Licence, j’ai compris que ce n’était pas possible de continuer ainsi, d’être en LLCE Italien mais de ne pas oser parler italien alors que je ne rêve que de ça. 

 

Comment j’ai fait pour retourner la situation à mon avantage, améliorer mon italien à l’oral, gagner confiance et apprendre du vocabulaire alors que j’étais persuadée comme toi qu’il fallait absolument que je parte vivre en Italie ? 

 

J’ai tout simplement pris les choses en main pour trouver une solution concrète et avancer jusqu’à ce que mon projet de séjour à l’étranger se concrétise et éviter de m’apitoyer sur mon sort. 

Pour cela, j’ai changé ma façon d’aborder l’apprentissage de l’italien parce que j’ai compris que ce que je faisais jusque-là était bon pour l’écrit mais pas pour l’oral. 

D’un côté, je lisais et écrivais beaucoup donc j’arrivais à progresser ; de l’autre, je regardais beaucoup de films et de séries et j’écoutais énormément de chansons… 

…mais passivement puisque je n’arrivais pas à parler italien. 

 

Oui, je comprenais tout. 

Oui, je retenais quelques mots par-ci, par-là. 

Mais je n’étais pas dans l’action. 

Je me contentais de travailler ma compréhension orale en pensant que, comme par magie, ça améliorerait mon expression orale aussi. 

Le résultat, c’est que je n’arrivais pas à parler en public alors que je savais exactement quoi dire, comment former la phrase, quels mots employer ou quelle intonation prendre grâce à tout ce que j’avais retenu des vidéos ou audios (et même des écrits). 

 

J’étais timide et mal à l’aise, je ne voulais pas faire de fautes, j’avais peur du regard et du jugement de celles et ceux ayant un meilleur accent que le mien et je suis donc partie de là. 

Parce que le problème, au fond, n’était pas d’apprendre à parler italien étant donné que je savais déjà le faire dans ma tête, mais plutôt d’oser parler italien. 

Et j’en suis arrivée à me poser cette question : comment faire pour réussir à parler comme s’il n’y avait personne autour de moi ? 

La réponse : parler toute seule, me parler à moi-même. 

 

Ce jour-là, je me suis racontée ma journée pendant 2 minutes seulement mais j’ai ADORÉ parler en italien. 

Tout me semblait extrêmement naturel : je n’ai pas cherché mes mots et je n’ai pas préparé mes phrases dans ma tête. 

J’étais tout simplement à l’aise parce qu’il n’y avait personne. 

Je pouvais enfin parler italien sans me demander si X ou Y allait me dire que j’avais un accent pourri ou qu’on ne comprenait rien. 

 

J’ai commencé sans grande conviction, sans réellement comprendre ce que j’étais en train de faire et sans même me rendre compte que je parlais enfin italien, dans mon petit studio, toute seule, de moi à moi, sans personne autour. 

Et c’est exactement ce qu’il me fallait pour ressentir à nouveau l’italien en moi, comme au lycée. 

Je me rendais compte à quel point la langue m’avait manqué et me faisait du bien et c’est surtout pour cette raison que j’ai continué à parler italien toute seule tous les jours. 

 

Attention : pas toute la journée mais bien tous les jours. 

Parfois 2 minutes, parfois 5 et d’autres encore 20. 

Parfois dès le réveil, parfois avant de m’endormir et d’autres encore dès que je rentrais chez moi et que je savais que j’étais enfin toute seule pour me consacrer à mon moment à moi de la journée. 

Parfois je me racontais mes journées ou je m’expliquais les tâches que je faisais (cuisine, ménage, courses, etc.), parfois je me résumais les livres ou les films que je venais de découvrir. 

Parfois je chantais ou je lisais à haute voix, parfois je faisais semblant de parler avec quelqu’un d’un sujet quelconque, etc. 

 

J’ai ainsi parlé toute seule en italien pendant presque 2 ans, de la moitié de ma L2 jusqu’à la fin de ma L3. 
Je n’ai fait que me créer une habitude toute simple à mettre en place pour pouvoir pratiquer l’italien à l’oral tous les jours sans y passer des heures et surtout, en m’amusant et en apprenant de manière efficace. 

 

Voici les conséquences, et donc le résultat, de cette démarche :  

    • Je me suis habituée à ma voix en italien et j’ai appris à m’écouter parler pour mieux comprendre mes erreurs, me corriger et travailler dessus ; 
    • J’ai amélioré ma prononciation car je répétais sans cesse les nouveaux termes que j’entendais (chansons, films, séries) ou lisais (grâce à la transcription phonétique) en les associant à quelque chose de ma vie quotidienne pour les employer jusqu’à ce qu’ils soient acquis ; 
    • J’ai réussi à me débarrasser de mon accent français et à atteindre un accent neutre à force de parler et d’imiter les italophones comme un bébé qui apprend une langue ; 
    • J’ai gagné en aisance : à force de pratiquer la langue au quotidien, c’est devenu totalement naturel de parler italien sans réfléchir et plus je continuais, moins j’avais peur de le faire AVEC les autres ;
  • J’ai gagné confiance en moi : je savais que j’étais capable de parler italien, et même de très bien le faire, parce que j’en avais la preuve concrète tous les jours et surtout, j’ai pris conscience que je n’avais rien de moins que les autres, au contraire, et que personne n’avait à me juger. 

 

Comment je sais tout ça alors que je me parlais toute seule ? 

J’ai tout simplement eu les retours et les encouragements de mes profs qui affirmaient que plus le temps passait, mieux je parlais, et qui me félicitaient durant les examens oraux car j’avais un bon accent, une bonne aisance et une bonne prononciation pour quelqu’un qui n’a aucune origine et qui n’as pas séjourné en Italie. 

 

  • 2011 marque ENFIN mon grand départ dans le Bel Paese 

À l’origine, je suis partie pour 1 an seulement mais c’est une aventure qui ne s’est pas arrêtée depuis. 

Et concrètement, vivre en Italie m’a juste aidée : 

    • À apprendre un vocabulaire plus typique, plus populaire et plus naturel pour parler le « vrai » italien, pas celui de l’école ni celui des livres ; 
  • À passer d’un italien neutre à un mélange de plusieurs accents du Nord de l’Italie. 

Et même si j’ai quasiment toujours vécu dans le Nord, j’ai côtoyé pas mal d’Italiens et d’Italiennes du Centre et du Sud donc j’ai acquis leurs expressions ou façons de parler de manière automatique. 

 

Lors de ma première année, les gens étaient surpris par mon vocabulaire très précis (parfois trop soutenu), mon aisance et mon accent neutre. On me répétait même que je parlais mieux que les Italiens et les Italiennes. 

Et j’ai moi-même été étonnée de voir à quel point je me débrouillais bien en langue, oui, mais surtout en société puisque le fait d’être toute seule à l’étranger m’a obligée à aller vers autrui. 

Je n’avais qu’un objectif en tête : ne rien faire d’autre que parler, parler et parler avec les locaux pour progresser encore et encore et éviter de refaire la même erreur que durant mon stage à Padoue. 

 

Mon secret pour obtenir ce niveau à l’oral toute seule repose sur 3 principes : une bonne méthode + du travail + de la régularité. 

 

La théorie est très importante mais elle n’est utile que si tu arrives à l’appliquer. 

La bonne méthode consiste donc à pratiquer la langue à l’oral dès que l’occasion se présente, même si tu n’as personne avec qui le faire, non pas pour parler tout de suite parfaitement mais pour t’habituer à parler, faire des erreurs et réfléchir. 

Le travail doit venir de toi et non pas de tes profs, de ta famille ou de tes potes italophones et encore moins des locaux. 

Et si tu ne t’engages pas personnellement à une certaine forme de régularité, ça ne marchera pas ou alors tu ne progresseras pas autant que tu voudrais, et tu risques de te démotiver. 

 

Je n’ai pas atteint ce résultat par chance ou par miracle : la passion a joué et m’a aidée, oui, mais c’est surtout le travail, la pratique et l’engagement qui ont fait que je me suis rapprochée toute seule et petit à petit de mon but : être bilingue en italien. 

 

J’ai compris pourquoi ce que je faisais ne fonctionnait pas pour l’oral… 

…qu’il fallait passer de la passivité à l’action, que tout dépendait de moi et j’ai pris les choses en main pour avancer et progresser au lieu de me plaindre pour les mauvaises raisons et de rester au même niveau ou, pire encore, de régresser ; 

…que je devais travailler sur ma peur de parler en public, du jugement d’autrui et j’ai donc changé d’angle d’attaque pour travailler la langue à l’oral de manière pratique et efficace et non pas théorique et superficielle, quitte à me parler à moi-même. 

 

Et je veux te montrer le chemin pour que tu puisses, toi aussi, t’améliorer à l’oral en italien, même si tu n’as pas la possibilité de partir vivre en Italie pendant X temps ou que tu ne connais personne avec qui pratiquer la langue au quotidien. 

 

J’ai donc créé 3 formules de coaching en ligne pour que tu puisses bénéficier d’un accompagnement personnalisé te montrant comment apprendre à parler italien au quotidien ou te permettant de continuer à pratiquer l’italien à l’oral tout en restant en France et/ou en n’ayant personne avec qui échanger.  

Le principe, c’est tout simplement de parler italien avec moi quelques minutes par jour ou par semaine et non pas de passer des heures ou même des journées entières à essayer de comprendre et d’apprendre des règles et du vocabulaire sans jamais pratiquer de manière concrète la langue de Dante.  

Et ça marche.  

C’est en parlant italien que tu vas d’un côté améliorer ton accent, ta prononciation et ton vocabulaire et de l’autre augmenter ta confiance en toi et ton aisance à l’oral. 

 

EN QUOI CONSISTE CE COACHING ? 

Tu vas parler italien tous les jours ou toutes les semaines selon ta formule, sans que ça te prenne tout ton temps et sans forcément avoir l’impression de bosser.  

Il faut en général 3 semaines pour se créer et tenir une (bonne) habitude et moi je vais t’accompagner pendant 3 mois (formules 1 et 2) pour établir les fondements de la pratique de l’italien à l’oral et pour t’assurer un réel suivi.  

 

LES FORMULES 

  1. Formule Fondamenta : pratique quotidienne de l’italien à l’oral à travers 1 séance de 5 à 15 minutes du lundi au jeudi + 1 séance de 1 heure le vendredi pendant 3 mois ; 
  1. Formule Autonomia : pratique hebdomadaire de l’italien à l’oral à travers 1 séance de 1 heure pendant 3 mois (une pratique quotidienne de ton côté serait l’idéal selon l’exemple ci-dessus) ; 
  1. Formule Libertà : pratique occasionnelle de l’italien à l’oral à travers 1 séance de 1 heure lorsque tu en ressens l’envie et le besoin (une pratique quotidienne et/ou hebdomadaire de ton côté est fortement encouragée pour maintenir et améliorer ton niveau). 

 

Mon accompagnement personnalisé va te permettre : 

    • D’améliorer ta prononciation puisque je vais te corriger en direct et te montrer comment faire pour deviner ou vérifier la prononciation d’un mot que tu ne connais pas et que tu n’as jamais entendu ou lu ; 
    • D’améliorer ton accent dans l’optique de te débarrasser de l’accent français pour viser un italien neutre. Pour cela, je vais t’expliquer comment écouter et imiter ce que tu entends et tu vas avoir l’occasion de t’entraîner directement avec moi et ma façon de parler ; 
    • D’apprendre du nouveau vocabulaire mais pas n’importe lequel, celui utilisé dans la vie de tous les jours par les Italiens et les Italiennes et non pas celui de l’école ou des livres. Par conséquent, même si tu ne vis pas en Italie et que tu n’as pas la possibilité de le faire dans un futur proche ou éloigné, c’est un peu comme si c’était le cas puisque tu vas découvrir un vocabulaire plus riche et plus typique ; 
    • D’apprendre à t’écouter parler italien pour identifier tes erreurs, les corriger et arrêter de les faire ;
    • De comprendre le fonctionnement de la langue italienne, ses règles de grammaire, ses verbes, ses irrégularités et seulement ensuite de les apprendre ;
    • De t’habituer à ta voix en italien et de l’accepter pour ne plus avoir honte de parler dans une autre langue que le français ;
    • De gagner en aisance parce que plus tu vas parler, plus la langue étrangère va devenir naturelle pour ton cerveau et tu vas réussir à communiquer en italien sans réfléchir aux mots que tu dois utiliser, à l’ordre, aux règles, aux accords, etc. ;
    • De gagner confiance en toi et en tes capacités linguistiques sans te soucier du regard et de l’avis (réels ou imaginés) d’autrui et sans te comparer à personne parce que tu es là pour apprendre ;
    • De gagner du temps parce que tu ne vas pas être obligé.e de tout quitter pour passer des mois ou des années en Italie si tu n’en as pas la possibilité, ni de passer ton temps à lire des livres, regarder des films et réviser la grammaire et la conjugaison sans faire de progrès concrets à l’oral. Selon la formule choisie, 15 minutes maximum par jour et/ou une séance de 1 heure par semaine vont suffire pour te montrer que tu peux apprendre et pratiquer l’italien de chez toi en abordant plusieurs thèmes et domaines de manière efficace et approfondie ;
    • D’économiser de l’argent parce que cela t’évite de passer de méthodes en méthodes, de livres en livres, de cours particuliers en cours particuliers, d’applications en applications, etc. Tu bénéficies d’un accompagnement une seule fois pour acquérir les bases (de la langue et du fait de se parler à soi-même en italien pour progresser) et pour réussir à continuer ensuite en solo sans l’aide de personne. 

En somme, un coaching qui mise tout sur la pratique totale de la langue italienne de A à Z. 

 

Et ce n’est pas fini ! 

Voici tes bonus pour les formules 1 et 2 : 
    • Paiement en plusieurs fois ; 
    • Une séance de 1 heure offerte pour briser la glace et débuter ton accompagnement en toute confiance ; 
    • Fiches mémo : compte-rendu hebdomadaire par email de ton évolution, des progrès et/ou des points à revoir + rappel des mots et expressions employés à chaque séance + explications et exemples supplémentaires en cas de besoin ; 
    • Suivi quotidien et illimité par email et/ou message WhatsApp pendant toute la durée de ton accompagnement pour répondre à tes questions et incompréhensions donc tu travailles aussi l’écrit (compréhension + production) ;
    • Après-vente : si tu as encore des questions à la fin de ton accompagnement, on pourra continuer d’échanger par e-mail car je ne suis pas une formatrice injoignable qui n’est là que pendant les heures de service ;
    • Accès à mon coaching par email « Apprendre du vocabulaire plus riche et plus authentique en italien » pour 1/ passer de l’italien scolaire à l’italien parlé dans le Bel Paese et 2/ apprendre à comprendre les mots et expressions pour mieux les retenir et les réutiliser (= pratiquer). 

 

CE COACHING EST-IL FAIT POUR TOI ? 

Tu viens de te mettre à l’italien ou tu comptes l’apprendre ? Et tu ne sais pas si c’est possible de commencer la pratique sans vocabulaire, grammaire, conjugaison ? 

Tu apprends l’italien et tu sais te débrouiller ? Tu souhaites désormais passer à l’étape supérieure pour améliorer ton niveau à l’oral et peut-être même devenir bilingue mais tu ne peux pas aller en Italie, tu ne connais personne avec qui pratiquer et tu en as marre de la théorie (école, profs, cours, applications, livres, exercices, etc.) ? 

Tu as un excellent niveau à l’écrit mais tu bloques à l’oral et tu n’arrives pas à mettre en application toutes tes connaissances ? 

Tu as honte de ton accent, de ta prononciation et tu n’oses pas parler italien avec les autres ? 

Tu n’as aucun problème à l’oral mais tu as peur de perdre ton italien à force de ne plus pratiquer ? 

 

Si tu as répondu « Oui » à l’une de ces questions, je vais t’aider. 
C‘est mon travail. 

 

Ton niveau actuel n’est pas un problème puisque c’est moi qui vais m’adapter à toi. 

Mais n’oublie pas que plus tôt tu te mettras à la pratique (orale ET écrite) et plus vite tu progresseras. 

 

C’est comme ça que j’ai appris à parler italien toute seule et que je me suis perfectionnée à l’oral. 

La famille ou les potes d’origine italienne, les profs, une Licence d’italien et vivre en Italie sont utiles et peuvent t’aider oui… mais seulement si tu acceptes que tout dépend de toi, de ton comportement et de ta méthodologie. 

 

L’idéal serait évidemment de vivre en Italie mais ça ne suffit pas car ce n’est pas une garantie de progresser et de devenir bilingue. Et on n’a pas toutes et tous cette chance pour des raisons qui nous sont propres mais cela ne veut pas dire que tu ne peux pas pratiquer l’italien et progresser de ton côté, en gardant le Bel Paese dans ton cœur. 

Tu peux te rapprocher de ton rêve de parler italien non-stop peu importe l’endroit où tu te trouves et tu vas avoir un aperçu de cette réalité avec moi. 

 

MAIS ATTENTION, CE COACHING N’EST PAS FAIT POUR TOI SI : 

  • Tu ne veux fournir aucun effort

Tout comme « Rome ne s’est pas faite en un jour », tu ne peux pas apprendre et parler parfaitement italien en 1 jour ou 3 mois, ni même 1 an. 

Pour te dire toute la vérité, je continue moi-même d’apprendre l’italien à l’heure actuelle malgré mon niveau et je fais tout pour en savoir davantage dès que je n’arrive pas à dire telle ou telle chose ou que j’entends un nouveau terme tout simplement parce qu’on ne finit jamais d’apprendre, que ce soit une nouvelle expression, une règle qui fait son apparition (la langue est vivante), la prononciation d’un mot, un point qu’on avait oublié ou que l’on n’utilise plus car personne ne l’emploie, une façon de parler d’une région à l’autre, etc. 

Parce que le truc, c’est qu’on apprend justement en pratiquant et non pas en récitant par cœur une règle, une conjugaison ou une liste de vocabulaire utile, ni en négligeant la grammaire ou les temps et modes verbaux. 

Si tu ne veux pas t’investir, t’engager et continuer sans cesse d’apprendre pour t’améliorer chaque jour un peu plus, tu n’es pas au bon endroit. 

 

  • Tu n’acceptes pas la critique constructive 

Si tu fais des fautes ou que tu prononces mal, je vais tout de suite te le faire remarquer non pas pour que tu te braques ou que tu te sentes comme une merde mais plutôt pour que tu comprennes tes erreurs et que tu ne les fasses plus. 

La première chose que j’ai dite aux gens quand j’ai débarqué en Italie et même aujourd’hui quand je me lie à de nouvelles personnes est quelque chose comme : « Corrige-moi si je prononce mal, fais des fautes ou que tu ne me comprends pas et explique-moi ce que je ne saisis pas avec d’autres mots mais toujours en italien ».  

Si tu n’es pas à l’aise avec ça, que tu es susceptible et que tu le prends personnellement ou, encore pire, comme un jugement… 

désolée mais tu n’es pas prêt.e à apprendre une langue et à progresser parce que tu n’oseras pas parler et si tu ne parles pas, tu ne progresseras jamais à l’oral. 

 

  • Tu n’es pas un minimum autonome ou que tu n’y aspires pas 

Selon tes erreurs, je ne te donnerai pas toujours directement les réponses parce que je préfère que tu te corriges toi-même. C’est, à mon sens, le meilleur moyen d’apprendre et de s’améliorer. 

Mon rôle consiste à te guider et à t’aider à les trouver en te donnant des indices et des exemples ou en faisant des périphrases, mais toujours en italien. 

Si tu ne veux pas réfléchir, te poser des questions, essayer de comprendre le pourquoi du comment pour mieux parler, on ne pourra pas s’entendre. 

 

CONCRÈTEMENT, COMMENT ÇA MARCHE ? 

C’est très simple. 

    • L’inscription se fait sur ma boutique KOONEO où tu choisis la formule d’accompagnement qui te correspond ; 
    • Une fois ta commande validée (paiement sécurisé), je t’envoie sous 1 jour ouvré par e-mail un petit questionnaire à remplir et à me retourner, et qui va me permettre d’identifier ton objectif, tes difficultés et ta situation avec l’italien mais aussi de connaître les sujets sur lesquels tu souhaites parler en italien ; 
    • On fixe ensemble une date pour la première séance de 1 heure offerte (formules 1 et 2) dont le but est de briser la glace, de te mettre à l’aise mais aussi de découvrir ton niveau d’italien à l’oral ;
    • Le coaching démarre le lundi suivant ton inscription (jours ouvrés) pour les formules 1 et 2 OU à la date convenue ensemble pour la formule 3 ; 
    • Je t’appelle selon l’option choisie, du lundi au vendredi à l’heure fixée au préalable, 1 fois par semaine ou à la date et à l’heure convenues ensemble par téléphone (WhatsApp) ou Skype ; 
    • Tu me parles d’un sujet ou d’un fait précis, de ta vie personnelle ou professionnelle, de tes rêves ou du dernier film que tu as vu, peu importe, l’essentiel étant que tu t’exprimes sans rien préparer au préalable, comme si tu discutais avec une amie dans un café ;  
    • De mon côté, je t’écoute, je te pose des questions et je fais en sorte de créer une conversation naturelle, tout en te corrigeant et en t’expliquant ce qui va ou ne va pas dans ton italien pour que tu t’améliores jour après jour ; 
    • Je t’envoie un bilan récapitulatif de nos échanges (une fois par semaine pour les options 1 et 2) afin que tu puisses avoir une trace écrite de tout ce que tu découvres pendant le coaching ; 
    • Enfin, si tu as la moindre question après nos rencontres virtuelles, tu peux m’écrire (en italien) par message et/ou par email pendant toute la durée de ton accompagnement et je te répondrai par écrit ou en audio. 

Le samedi et le dimanche sont des jours de repos mais rien ne t’empêche de continuer à pratiquer l’italien en te parlant à toi-même pendant quelques minutes pour progresser encore plus. 

 

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

Tu te demandes le prix de ce coaching, je le sais. 

Eh bien, tout d’abord, j’aimerais t’expliquer vraiment ce que c’est. 

Il ne s’agit pas d’une formation en ligne où je te demande de télécharger un document (texte, vidéo ou audio) te dévoilant quoi et comment faire en plusieurs étapes sans m’assurer que tu as bien compris et réalisé chaque module ; ni d’un simple cours (particulier) où tu vas revoir les bases, combler tes lacunes en grammaire et en conjugaison et apprendre du vocabulaire avec des exercices scolaires… 

…et où, dans tous les cas, tu ne vas faire que de la théorie au lieu de juste parler italien. 

 

Emmagasiner des connaissances sur la langue et des informations pour s’améliorer, c’est important et utile si et seulement si tu es capable de passer à l’action. 

Il s’agit ici d’un accompagnement personnalisé pour te soutenir dans l’apprentissage de la langue de Dante à l’oral, t’aider à passer à l’action et à gagner en autonomie afin que l’italien fasse toujours partie de ta vie même si, en apparence, tu n’as pas l’occasion de le pratiquer. 

 

Ce que je te propose, c’est un vrai changement dans ta manière d’apprendre l’italien à l’oral. 

Le but ici, en une phrase, c’est de te montrer que tu es capable de réaliser ton rêve, à savoir parler italien tous les jours (ou de manière régulière et continue) et progresser à l’oral, même si tu n’as pas le temps ou personne avec qui le faire et que tu ne peux pas partir vivre en Italie. 

Contrairement aux cours traditionnels ou particuliers et aux tandems, tout se passera en italien (même les explications) pour que tu apprennes dès le début à penser en italien parce que l’objectif est de parler en italien et non pas de penser en français puis de traduire en italien. 

 

Si tu as déjà appris l’italien par le passé ou que tu commences à t’y intéresser et que tu veux progresser à l’oral parce que tu rêves de parler parfaitement la langue de Dante, plusieurs cas de figure s’offrent à toi : 

    1. Tu peux prendre des cours particuliers et changer de prof autant que tu veux mais si tu abordes la langue comme dans une salle de classe, tu n’arriveras pas à parler italien comme tu voudrais, rien ne sera naturel dans tes conversations en langue et en plus de perdre ton italien, tu risques de perdre ta motivation, ton temps et ton argent ;
    2. Tu peux partir en Italie pour tes vacances, dans le cadre d’un stage ou d’un séjour linguistique mais si tu passes ton temps avec des francophones et des anglophones ou que tu es tout simplement trop timide pour oser parler de tout et de rien avec les locaux, tu vas rentrer chez toi en ayant appris de nouvelles expressions régionales françaises et en ayant progressé en anglais mais pas en italien ;
    3. Tu peux essayer d’apprendre à parler italien en solo, comme je l’ai moi-même fait, mais encore une fois, si tu reproduis les mêmes schémas qu’à l’école ou que tu penses qu’il suffit de regarder des films et des séries en VO pour progresser à l’oral, tu n’y arriveras pas. 

 

Peu importe les supports (livres, applications, films, chansons, podcasts, émissions de radio ou de télévision, etc.) que tu choisis pour travailler l’italien par toi-même, ça ne marchera pas si ton travail est purement théorique. 

Je ne doute pas que tu arrives, comme moi, à atteindre ton objectif si tu t’engages vraiment à parler italien en solo tous les jours, à te corriger, à t’enregistrer et à te réécouter, à identifier tes points forts et tes points faibles, etc. 

Les formules 2 ou 3 sont alors faites pour toi pour continuer à pratiquer l’italien et t’assurer que tu es sur la bonne voie. 

 

Mais le chemin peut aussi être plus long et plus difficile parce que : 

  1. On ne sait pas forcément par où commencer quand on décide d’apprendre une langue en autodidacte ;
  2. On ne sait pas si on progresse réellement vu qu’on n’a pas l’occasion de discuter avec des italophones pouvant nous le confirmer et nous donner des conseils pertinents ;
  3. Et surtout, si on n’a pas d’autodiscipline, on a toujours du mal à tenir cette habitude dans le temps et donc à progresser comme on veut. 

 

Moi, j’avais la chance d‘avoir les retours de mes profs d’italien qui étaient là pendant ma Licence pour me guider, me corriger, confirmer mes progrès et m’encourager à poursuivre mes efforts. 

 

Peut-être que toi, tu n’as pas cette opportunité. 

Peut-être que tu es encore plus timide que moi à l’époque où je savais que, dans tous les cas, j’étais obligée de parler face à mes profs pour réussir ma Licence. 

Peut-être que, tout simplement, tu ne sais pas comment faire pour parler en solo et que tu as besoin d’une écoute extérieure et d’un regard objectif. 

Peut-être que tu ne te fais pas assez confiance et que tu ne sais pas si tu vas réussir à te parler en italien quelques minutes tous les jours pour progresser.  

Peut-être que tu as besoin de t’engager « officiellement » en prenant une personne comme témoin pour te motiver et travailler sérieusement. 

 

Dans tous ces cas-là, sono qui per te avec la formule Fondamenta pour te montrer les bases de ma méthodologie, pour t’accompagner au quotidien et pour t’écouter, te corriger et attester tes progrès. 

 

Comme dernière alternative, tu peux donc opter pour mon coaching basé uniquement sur la pratique de l’italien du début à la fin non seulement pour t’aider à améliorer ton accent, ta prononciation et ton vocabulaire (sans pour autant négliger la grammaire et la conjugaison), mais aussi pour te donner une méthode efficace à appliquer en toute autonomie pour continuer de progresser à l’oral. 

 

À l’école, on ne te montre pas comment apprendre l’italien par toi-même. 

Moi, c’est ce que je vais faire, parce que ta réussite ou ton échec ne dépendra que de toi et de ton comportement même si tu as à ta disposition les meilleurs outils, que tu es d’origine italienne ou que tu vis en Italie. 

Rien ni personne ne peut faire et agir à ta place et tu vas voir qu’en plus d’être totalement capable de parler italien pour t’améliorer et apprendre davantage, tu vas adorer comprendre et réemployer tout ce que tu découvres. 

Par ailleurs, tu vas avoir accès à une technique qui ne vaut pas que pour l’italien et que tu pourras donc appliquer à n’importe quelle langue étrangère que tu souhaites apprendre ou approfondir à l’oral. 

Enfin, tu vas avoir l’occasion de te rapprocher de ton rêve ultime : avoir l’Italie en toi tous les jours, parler italien non-stop et te sentir vivre. 

 

Par rapport à ces risques et ces bénéfices à long terme, le prix que je te propose est très faible dans la mesure où ce ne sont pas de simples cours de langues mais un accompagnement personnalisé et toute une méthodologie pour apprendre à apprendre l’italien à l’oral et en solo. 

 

Cela étant dit, le prix de mon coaching selon la formule est le suivant : 

  1. Accompagnement quotidien (formule Fondamenta) : 1 séance de 5 à 15 minutes du lundi au jeudi + 1 séance de 1 heure le vendredi pendant 3 mois : 999 euros (paiement en 3 fois sans frais) 
  2. Accompagnement hebdomadaire (formule Autonomia) : 1 séance de 1 heure chaque semaine pendant 3 mois : 599 euros (paiement en 3 fois sans frais) 
  3. Accompagnement occasionnel (formule Libertà) : 1 séance de 1 heure quand tu le souhaites : 49 euros 

 

Cela représente une somme, j’en suis consciente. 

Tu es libre de choisir la formule qui te correspond le plus et qui s’adapte le plus à ton budget. 

 

Je t’offre un coaching personnalisé, sérieux et de qualité. 

Pendant toutes les séances, tu auras des conseils adaptés à ton cas particulier, aux mots que tu utilises, à ta propre prononciation, à ton accentuation et à tes objectifs. 

 

Je ne te lâche pas dans la nature avec des tonnes d’informations théoriques et je ne te laisse pas te débrouiller sans te dire si oui ou non tu es sur la bonne voie. 

Tu bénéficies d’un suivi quotidien ou hebdomadaire pendant 12 semaines (hors formule 3) et ce sont, au total, entre 16 et 24 heures de pratique réelle de l’italien pour la formule 1 ou 12 heures pour la formule 2, sans compter la communication innombrable entre les emails, les messages et les enregistrements audio que l’on s’enverra ainsi que tous les exercices et activités que tu feras de ton côté et qui font partie du travail nécessaire pour progresser. 

 

Tu l’as compris, ce n’est pas une formation téléchargeable que tu peux suivre quand tu veux et appliquer quand tu peux (et donc la plupart du temps, jamais). 

Ni un cours particulier où je vais te répéter ce que les livres et les profs essayent de nous faire comprendre. 

Ici, tu vas passer à l’action et pratiquer dès le début donc ne pourras que t’améliorer. 

 

Et c’est malheureux à dire mais il faut dépenser de l’argent pour prendre au sérieux une activité et s’engager sérieusement à court, moyen et long terme. 

Mais il s’agit ici d’un investissement à long terme car le but ultime n’est pas que tu dépendes de moi mais plutôt que tu continues de parler italien une fois ton coaching fini même si tu n’es pas en Italie et que tu n’as personne avec qui pratiquer. 

 

Enfin, c’est une manière pour moi, je ne te le cache pas, d’éviter et d’éloigner les touristes (comme je les appelle) qui ne veulent apprendre l’italien que pour avoir une bonne note à un examen ou pour se débrouiller et se faire comprendre pendant leurs vacances en Italie ou pour une raison quelconque. 

Il n’y a pas de soucis avec ça mais je m’adresse uniquement aux amoureux et amoureuses de l’Italie et de l’italien qui ne vivent que pour parler italien non-stop malgré leur situation géographique ou leurs relations, à celles et ceux qui veulent plus que tout apprendre la plus belle langue au monde pour comprendre davantage le Bel Paese et sa culture, à celles et ceux qui ressentent l’italien au plus profond de leur âme sans réussir à l’expliquer et qui ne rêvent que d’une seule chose : faire de l’italien tous les jours. 

 

J’appelle ça vivre italien : parler, lire, écrire et écouter. 

Et aujourd’hui, je me concentre sur l’oral et en particulier sur le ‘parler’ car écouter et tout comprendre en italien, c’est bien et nécessaire… mais parler italien, c’est tout aussi jouissif et essentiel pour progresser. 

J’entends par là que parler italien peut te transformer et t’aider à être toi-même, comme ce fut le cas pour moi. 

Alors si l’Italie est ta passion et que tu rêves de parler italien malgré et contre ta situation actuelle : je suis là. 

 

UN DERNIER MOT AVANT DE FINIR 

Ceci n’est pas une garantie de devenir bilingue en italien en 3 mois. 

Il n’y a que toi qui puisses tout faire pour apprendre l’italien, une autre langue ou n’importe quelle compétence. 

Ce n’est pas moi ou 1 prof/patron/pote/parent/collègue qui pouvons nous investir et nous engager à ta place. 

 

Je te donne ma solution, mes méthodes et ce qui marche avec moi pour améliorer son italien à l’oral. 

Je te montre ce qu’il faut faire pour pratiquer l’italien au quotidien et réussir à parler cette magnifique langue, même si tu ne peux pas vivre en Italie ou que tu n’as personne avec qui t’entraîner. 

 

Mais c’est à toi de travailler, de passer l’action et de continuer encore et encore jusqu’à ce que tu atteignes ton objectif personnel. 

Et ça ne marchera que si tu passes du temps sur tes erreurs pour essayer de les comprendre et arrêter de les faire. 

 

Alors je te préviens : 

Tu vas parler italien, oui. 

Vraiment parler, oui. 

Tu vas faire des fautes, oui. 

Mais ce n’est pas grave, tu vas apprendre. 

Sbagliando si impara, comme on dit. 

Et si tu fais des fautes de grammaire ou que tu conjugues mal un verbe, tu vas te corriger toi-même. 

Mais tu sais quoi ? Tu vas adorer faire ça. 

 

Il n’y a pas de secret : plus tu parleras et mieux tu parleras. 

Je vais évidemment t’indiquer si tu es sur la bonne voie mais sans te donner à chaque fois toutes les solutions parce ce serait desservir ton apprentissage étant donné que je ne serai pas toujours là avec toi. 

Le seul moment où je vais directement te corriger lorsque tu parles, c’est au niveau de l’accentuation ou de contresens, tout en te montrant comment faire pour bien prononcer un mot que l’on ne connait pas en italien. 

 

JE PEUX ÊTRE TON GUIDE 

Comme Béatrice qui accompagne Dante, pour que tu puisses, toi aussi, accéder à ton propre paradis en commençant enfin à faire ce qui compte pour toi : juste parler italien… 
…même si tu ne peux pas partir vivre en Italie pour X ou Y raisons, que tu n’as aucune connaissance avec qui pratiquer de manière efficace ou que tu as l’impression que tes cours et les films en VO ne t’ont pas servi à grand-chose pour pratiquer l’italien à l’oral. 

 

OK, tu veux passer à l’action et commencer enfin à parler italiano pour améliorer ton accent, ta prononciation, ton vocabulaire et gagner en aisance et en confiance ? 

Ce la puoi fare! 

Tu n’as rien de moins que moi ou une autre personne. 

Il y aura évidemment un peu de travail et d’effort à fournir de ton côté mais ton rêve de parler italien non-stop est là, à portée de clic. 

Viens découvrir le bonheur de parler la langue qui te fait vibrer au quotidien, sans chercher tes mots et sans avoir honte de ton accent, de ta prononciation ou de ta voix en langue étrangère, juste en profitant de l’italien. 

 

COMMANDER LA FORMULE 1 (FONDAMENTA)

COMMANDER LA FORMULE 2 (AUTONOMIA)

COMMANDER LA FORMULE 3 (LIBERTÀ) 

  

partir vivre en italie pour apprendre à parler italiencomment apprendre à parler italien

1 Comment

  • L'italien et moi : mon parcours scolaire at 12:31

    […] article est complémentaire à celui sur mon coaching personnalisé où je te propose 3 formules d’accompagnement pour t’apprendre à parler italien et/ou […]

    Reply

Leave a Comment