pratiquer l'italien et apprendre l'italien au quotidien

Pratiquer l’italien au quotidien

Tu es passionné.e par l’Italie et sa langue et tu ne rêves que d’une chose : vivre italien tous les jours.

Parler italien, écouter italien, lire italien, écrire italien.

En bref, pratiquer l’italien au quotidien.

 

Tu veux utiliser et élargir tes connaissances sur la langue italienne tous les jours car tu sais que la pratique quotidienne est essentielle pour progresser et améliorer ton niveau.

Tu sais aussi que tu devrais aller en Italie pour pouvoir être au contact de cette magnifique langue.

Seulement voilà, tu n’as pas cette possibilité pour X ou Y raisons et même si tu as déjà essayé cette option, tu t’es rendu compte qu’en fait, tu étais trop timide pour arriver à parler avec les locaux et donc à pratiquer l’italien en live.

Mais ça ne veut pas dire que tu ne pourras pas vivre italien tous les jours et ne faire que ça pour apprendre et progresser dans la langue de Dante.

Tu n’as pas besoin d’aller dans le Bel Paese pour que l’italien fasse partie de ta vie au quotidien, à court, moyen et long terme.

Tu peux commencer maintenant, peu importe où tu te trouves actuellement, jusqu’au jour où tu pourras t’y rendre et/ou que tu te sentiras capable d’interagir avec les autres malgré ta timidité.

 

Tu peux accueillir l’italien chez toi.

Ce sera d’autant plus rassurant pour toi que de te retrouver directement sans aucun préavis à l’étranger face aux Italiens et Italiennes qui parleront peut-être une tout autre langue que celle que tu avais apprise.

Pratiquer l’italien chez toi au quotidien est une bonne préparation si tu ne peux pas passer plusieurs mois/années en Italie parce que ce n’est pas le moment, que tu n’as pas les moyens et/ou que tu ne t’en sens pas capable de par ton caractère et ta personnalité.

Tu peux par exemple écouter de la musique, des podcasts, des séries et des films, des dessins animés, etc.

Mais aussi lire, peu importe ton niveau, des romans, des livres pour enfants, les paroles des chansons, une notice ou un mode d’emploi, une recette, des articles de journaux, etc.

Tu peux également parler avec des Italiens et des Italiennes si tu en connais ou, dans le cas contraire, faire comme moi : parler italien tout.e seul.e. C’est un excellent moyen de travailler ton aisance à l’oral sans craindre aucun regard, d’améliorer ta prononciation et ton accent, de t’habituer à ta voix dans une langue étrangère, d’imiter la façon de parler d’une personne en particulier, etc.

Et enfin, tu peux évidemment écrire en italien, que ce soit en te créant un journal de bord sur n’importe quel sujet ou thème, en notant ta liste de courses ou de choses à faire, en faisant par exemple des résumés de livres ou de films, ou encore par le biais d’une correspondance avec des Italiens et des Italiennes si tu en connais, etc.

 

Il y a mille et une manières de pratiquer l’italien au quotidien en restant chez toi.

À toi de choisir et de trouver celles qui te plaisent et te permettent de progresser dans chaque catégorie : parler, écouter, lire et écrire.

 

Tu n’as vraiment pas besoin d’être en Italie pour faire entrer l’italien dans ta vie.

Combien de personnes vivent à l’étranger mais restent dans leur confort en ne sachant pratiquement rien du pays les accueillant parce qu’elles préfèrent s’entourer de gens partageant leur même culture ?

Il vaut mieux rester en France et passer tes journées à vivre italien chez toi à ton échelle plutôt que de vivre en Italie mais ne voir que d’autres Français et Françaises et ne parler que français et/ou ne jamais sortir de chez toi parce que tu as peur de devoir parler avec les locaux, de faire des rencontres, etc.

Je ne dis pas que vivre en Italie est inutile, au contraire.

Mais on n’a pas toutes et tous la possibilité de le faire quand on en a envie et/ou la capacité de s’adapter à la vie à l’étranger pour X ou Y raisons.

Alors si tu te retrouves dans tout ça, ne te décourage pas et ne te démotive pas.

 

Tu peux très bien apprendre ET progresser en italien tout en restant en France, comme je l’ai fait moi-même.

Aller et/ou vivre en Italie, c’est un plus.

Le travail doit se faire en amont, chez toi.

Il suffit que tu travailles ton italien de la bonne manière, à savoir tous les jours.

C’est la seule manière de maintenir ton niveau et de progresser.

Ça tombe bien parce que c’est justement ce que tu veux, non ?

Eh bien, sache que tout dépend de toi, de ta motivation et que rien ni personne ne peut t’empêcher de mettre en pratique cette envie et ce besoin de vivre italien tous les jours.

 

Et tous les jours, ça ne veut pas dire toute la journée.
Quelques minutes efficaces par jour sont largement suffisantes pour t’améliorer.

 

Tu peux le faire tout.e seul.e, sans l’aide de personne.

Mais attention, je préfère te prévenir : ça risque d’être plus difficile et plus compliqué que si tu étais accompagné.e dans ta pratique tout simplement parce que tu n’auras pas vraiment de retours objectifs sur :

  • comment tu parles ;
  • comment tu écoutes ;
  • comment tu lis ;
  • comment tu écris.

En gros, tu auras du mal à identifier tes erreurs pour les corriger.

Ce n’est pas impossible, car rien ne l’est, mais ce sera forcément plus long que si tu étais entouré.e et soutenu.e par un œil extérieur.

 

Par exemple moi, j’ai fait tout ce que je t’ai dit : j’ai beaucoup lu et écouté en VO mais aussi écrit et parlé toute seule parce que 1/ je n’avais personne avec qui le faire, 2/ j’étais timide et réservée en cours et 3/ je n’avais pas la possibilité d’aller en Italie durant mes études.

J’avais la chance d’étudier exclusivement l’italien à l’université et j’avais donc la possibilité d’avoir les retours de mes profs durant les évaluations (ou pas) sur ce que je lisais, écoutais, écrivais et parlais.

Mes profs m’ont accompagnée pour valider ou non mes progrès à l’oral et à l’écrit mais en réalité, tout le travail nécessaire au préalable, je l’ai fait chez moi et toute seule.

Certainement pas à la fac où, au contraire, j’ai plutôt découvert l’histoire et l’art (peinture, cinéma, littérature, etc.), le latin, la linguistique, la traduction (thème, version) et appris à faire des commentaires de texte, à rédiger des dissertations et un mémoire.

Cette formation était très utile et j’ai vraiment pris mon pied à étudier l’Italie et sa culture.

Mais ce n’est pas à l’école que j’ai appris l’italien (et donc à parler, écouter, lire et écrire dans cette langue).

C’est en m’exerçant toute seule et tous les jours en dehors de mes heures de cours et en ayant de bons retours de mes profs que j’ai réussi à avoir un bon niveau et accent sans avoir mis un pied en Italie.

Donc tu peux y arriver en toute autonomie, mais ce sera sûrement difficile et long si tu n’as pas d’avis extérieur et tu risques de perdre ta motivation si tu n’arrives pas à confirmer tes progrès.

 

C’est la raison pour laquelle j’ai créé un atelier pour éviter ce risque et ces difficultés auxquelles tu peux faire face.

 

Il s’agit d’un atelier pratique du début à la fin où tu ne vas rien faire d’autres que vivre italien tous les jours en m’écrivant dans la langue de Dante.

Mais pas que !

Tu vas également lire mes réponses et tu peux même parler en le faisant à haute voix. Et enfin, tu vas recevoir des fichiers audio ou vidéo pour travailler ton écoute.

Mais la communication entre toi et moi va se passer entièrement à l’écrit car c’est la compétence la plus difficile à travailler, que l’on soit seul.e ou pas.

L’écrit est souvent délaissé au profit de l’oral sur lequel on mise tout. Et pourtant, il présente de nombreux avantages sur l’oral.

Il permet par exemple de progresser beaucoup plus vite et d’apprendre plus de vocabulaire.

Et c’est plus facile de bien parler quand on sait déjà bien écrire que le contraire.

Il n’y a qu’à voir les nombreux exemples que l’on a dans notre propre langue maternelle avec les personnes qui n’ont aucun problème pour communiquer oralement mais qui, lorsqu’elles se mettent à écrire, font plus de fautes que les étrangers et ne savent pas comment s’y prendre pour exprimer telle ou telle idée.

 

J’ai moi-même privilégié l’écrit pour apprendre l’italien au lieu de me focaliser sur l’oral car j’étais trop réservée et je n’osais pas parler en public.

Et c’est comme ça que j’ai ensuite appris à parler italien grâce à l’assurance que j’avais acquise à l’écrit.

C’est donc la solution idéale pour toi si tu es timide et/ou que tu cherches un moyen de ne pas perdre ton italien ou d’apprendre la langue différemment.

Parce que ce sont les habitudes, la routine et la répétition qui nous aident à apprendre, à progresser et à devenir meilleur.e dans un domaine quelconque.

 

Alors si tu veux vivre italien et pratiquer la langue tous les jours avec moi, viens vite m’écrire !pratiquer l'italien et apprendre l'italien au quotidien


Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux sociaux et/ou me laisser un avis.

Si tu veux recevoir des astuces pour apprendre l’italien, c’est par ici.


Photo : Venise.

No Comments

Leave a Comment