6 conseils pour ne plus avoir peur de voyager seule

6 conseils pour ne plus avoir peur de voyager seule

peur de voyager seule

Le plus gros problème qui nous empêche toutes de partir seules est bien évidemment la peur.

Ou plus précisément, les peurs.

Celle de se faire violer.

Celle de se faire agresser physiquement et moralement.

Celle de se faire voler tout son argent.

Celle de se faire arnaquer.

Celle de se perdre et de tout perdre tout court.

Celle d’avoir un accident sur place, de se casser une jambe, etc.

Celle de ne pas comprendre un mot de ce qu’on nous raconte.

Celle de ne pas réussir à se débrouiller et de s’ennuyer sur place.

Ou pour résumer, la peur des autres.

Sartre n’avait peut-être pas tort en disant que l’enfer, c’est les autres… mais avant de lui donner directement et bêtement raison, il vaut mieux aller vérifier par soi-même, non ?

Alors comment faire concrètement pour ne plus avoir peur de voyager seule ?

Cela risque de ne pas te faire plaisir, ni de te rassurer mais je dois te dire la vérité :

tu auras toujours peur de voyager seule. Sans cesse.

Tu vas juste trouver de petites astuces pour arrêter d’y penser H24 mais la peur ne disparaîtra jamais. Tu continueras d’avoir peur, mais inconsciemment. Elle redeviendra consciente au moment où tu sentiras un éventuel danger mais autrement, il va falloir apprendre à ne plus y penser, à faire comme si elle n’existait pas.

Et c’est exactement la même chose que ce que tu vis chez toi. Tu prends les mêmes risques qu’à l’étranger dans ta propre ville, dans ton propre pays, au quotidien. Tu as peur mais tu n’y penses pas tous les jours et il faut que ce soit pareil lorsque tu es en voyage.

Si tu laisses la peur te battre, tu ne pourras jamais rien faire dans la vie. Cela vaut aussi pour les voyages.

La clé pour pouvoir oser partir toute seule consiste donc à faire semblant que la peur n’existe pas.

Mais il existe au préalable une étape essentielle :

tu dois avoir envie de partir.

Je sais, ça parait bête de dire ça mais c’est pourtant la base de tout, les fondements d’un voyage, avant même de commencer à le préparer. Si tu n’as pas cette envie au fin fond de toi, la peur sera toujours plus forte que tout et tu n’auras jamais le courage de te lancer.

Pose-toi donc les bonnes questions et sois honnête avec toi. Avant même de penser à ce que tu vas bien pouvoir faire et voir à tel ou tel endroit toute seule, demande-toi si tu as réellement envie de partir tout court, et en particulier toute seule.

Il faut que ton envie dépasse tout ce qu’il y a autour : la ou les peur(s), l’opinion des autres, les problèmes d’argent, de langue, de culture, etc.

Par exemple moi, j’ai tellement refoulé toutes mes peurs que je n’ai même pas eu le temps de penser ne serait-ce qu’une seconde aux éventuels risques que je prenais en tant que femme parce que je n’avais qu’une seule idée en tête : partir en Italie pour d’abord parler italien et ensuite découvrir la culture et la vie à l’italienne.

Trouve-toi LE pays ou LA ville que tu rêves de découvrir plus que tout et tu verras que l’envie sera plus forte que la peur et que le fait de t’y rendre seule ne représentera plus un frein parce que la seule chose qui comptera ce sera de t’en prendre plein les yeux et de profiter.

Ce n’est pas fini :

tu dois aussi avoir confiance en toi.

Il faut que tu te dises que tu en es capable, que tu n’as rien de moins que celles qui partent toutes seules et que tu vas tout simplement t’éclater en voyageant.

La confiance en toi, c’est aussi être consciente que tu vas (plus ou moins) savoir comment réagir face à une personne X à un moment Y. Tu es la seule personne à détecter un éventuel danger et il faut que tu fasses confiance en ton intuition et/ou en ton instinct (je vais y revenir plus en détail dans un prochain article).

Tu peux être gentille et être ouverte à la discussion tout en pressentant si oui ou non tu cours un risque parce que les cons puent à 100 km.

Tu dois avoir suffisamment confiance en toi pour t’éloigner de manière intelligente et ferme. Si tu te sous-estimes, que tu penses qu’on va forcément abuser de toi parce que tu es une femme et surtout seule, que tu ne vas pas savoir te défendre, c’est la peur qui te conditionne et qui parle à ta place.

C’est pourtant ce que tu vis au quotidien chez toi et tu arrives à détecter au loin le mec bourré du trottoir en face qui va forcément t’interpeller, ou le harceleur de rue qui ne va pas te lâcher pendant des mètres et des mètres, etc.

Ton intuition et/ou ton instinct entrent alors en jeu pour t’aider et te faire comprendre qu’il serait mieux de faire X ou Y choses pour t’en sortir et ce sera également le cas en voyage. Et s’il faut que tu fasses semblant d’être sûre de toi, de te la péter pour intimider les autres, il faudra apprendre à le faire.

Dans la majorité des cas, il est rare que tu te retrouves face à des psychopathes en voyage mais n’oublie pas que tu ne seras jamais vraiment toute seule, peu importe où tu te trouves. Tu auras toujours quelqu’un à qui demander de l’aide, que ce soit dans la rue, dans un bar, dans un café, dans un musée, dans un hôtel ou dans une auberge de jeunesse. Fais-toi confiance, crois en toi et sois positive.

Mais il faut aussi faire confiance aux autres et ne pas tomber dans la paranoïa.

Personnellement, je trouve que les autres sont sacrément cools et gentils lorsque je voyage dans un pays.

J’ai peur, oui, mais aucune de mes craintes ne s’est avérée depuis je voyage toute seule, exceptée la nuit où j’ai perdu/je me suis fait voler tout mon argent liquide et mon passeport à Vienne :

  • Soit j’ai fait tomber ma pochette à la gare de Vienne avant de prendre le train de nuit pour Venise ;
  • Soit les deux mecs de ma couchette ont fouillé mon sac pendant que je dormais dans le train.

Je t’avoue que je n’arrive absolument pas à me resituer l’épisode mais dans un cas comme dans l’autre, je n’en veux pas aux autres parce que c’est ma faute et j’aurais dû faire plus attention.

Je mise davantage sur la première hypothèse mais le résultat ne change rien : je me suis retrouvée avec 500 euros en liquide et un passeport datant de 2 mois foutus en l’air. Et je remercie tout de même ma tête d’avoir pensé à mettre ma carte bancaire et ma carte d’identité dans ma poche au dernier moment.

Mais tout est ma faute parce que je n’y peux rien si des gens ont trouvé de l’argent par terre ou si d’autres personnes n’ont pas reçu d’éducation pour savoir qu’il ne fallait pas voler. Et je m’estime chanceuse parce que je préfère cette peur à d’autres.

Pour finir, il faut lire et écouter des expériences positives d’autres femmes ayant voyagé ou voyageant encore aujourd’hui seules.

Attention, je ne dis pas qu’il faut ignorer ou nier les expériences négatives et qu’il faut se persuader que tout est rose dans la vie. Mais tout comme je ne pense pas avoir besoin de regarder les infos pour découvrir ou me rappeler que la misère existe dans le monde, je n’ai également pas besoin de lire le malheur d’une autre femme pour savoir qu’il peut m’arriver quelque chose en voyage.

Cette approche risque de me faire plus peur qu’autre chose, de me terroriser sur place et je n’oserai peut-être plus partir. Je préfère alors m’imprégner des expériences positives d’autres voyageuses en solo et rester dans ma bulle, tout en voyageant en connaissance de cause bien évidemment. Mais comme je te l’ai dit au début, la règle est de faire semblant, comme si la peur n’existait pas pour pouvoir la dépasser être plus forte.

Une étape facultative qui marche pour moi et qui peut éventuellement t’aider :

tout réserver et payer en ligne dans la mesure du possible.

Tu seras alors ‘conditionnée’, dans le sens où tu te sentiras mentalement prête à partir, à te lancer.

Le voyage sera plus concret dans ta tête et tu n’auras pas d’autres choix que de partir réellement pour ne pas que ton argent aille à la poubelle. Tu n’auras alors plus le temps de te laisser bouffer par la peur puisque tu n’auras qu’une seule chose à penser : faire ta valise, préparer un itinéraire, acheter un guide pratique, visualiser ton voyage, etc.

J’espère que ces conseils te seront utiles comme ils le sont pour moi et que tu oseras te lancer dans les voyages en solo pour découvrir par toi-même que le jeu en vaut la chandelle.


Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux et/ou me laisser un avis.

Si tu veux apprendre l’italien, c’est par ici.

Et n’oublie pas : voyage seule parce que tu es libre.


Photo : Venise.


Reader Comments

  1. Très joli article, qui répond à une grande question que beaucoup de filles se posent ou se sont posées avant de se lancer…
    Je crois qu’une fois qu’on a une destination qui nous fait rêver en tête, et qu’on a bien tout planifié pour se rassurer, il ne faut pas trop se poser de questions et y aller. Une fois sur place, la confiance vient petit à petit, et au fil des voyages.
    Surtout, ne pas écouter les autres qui rejettent leurs propres peurs sur nous.

    Tout vient avec la pratique et l’habitude… et quelle confiance en soi quand on se rend compte du chemin que l’on a parcouru ! 🙂

    1. Ciao Céline!

      Merci pour ton commentaire 🙂

      C’est exactement ça, le plus important est d’avoir envie de partir seule à un endroit X et d’oser se lancer en s’écoutant soi-même et non pas les autres car une fois sur place, on sait tout de suite si le voyage en solo est fait pour nous ou pas.
      Si oui, on finira par se sentir comme sur des roulettes grâce à la pratique et à l’habitude et on se demandera même pourquoi on a mis autant de temps à se bouger le cul.
      Et si ça se passe mal pour une raison quelconque, on aura des remords plutôt que des regrets…

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *