je voyage seule pour arrêter de me poser des questions

Je voyage seule pour arrêter de me poser des questions 

Me revoilà avec un nouvel épisode de la série JE VOYAGE SEULE POUR qui a pour but de motiver et d’encourager toutes les femmes qui rêvent de voyager seules à se lancer malgré la peur qui les bloque.

Pour cela, je te donne le premier mardi du mois afin de te présenter l’une des raisons qui me poussent à voyager seule.

Tu peux d’ailleurs lire ou relire les 18 épisodes précédents : Je voyage seule pour ne pas me lasser des autresJe voyage seule pour être moins timideJe voyage seule pour pouvoir travaillerJe voyage seule pour redécouvrir une villeJe voyage seule pour affronter mes peursJe voyage seule pour apprendre à lâcher priseJe voyage seule pour ne plus attendre personneJe voyage seule pour apprendre, tout simplement, Je voyage seule pour pratiquer une langue étrangèreJe voyage seule pour vivre au présent, Je voyage seule pour m’ouvrir aux autresJe voyage seule pour me prouver que j’en suis capableJe voyage seule pour ne rien regretterJe voyage seule pour ne pas être déçue des autresJe voyage seule pour me protégerJe voyage seule pour me sentir libreJe voyage seule pour être égoïste et Je voyage seule pour ne plus me sentir seule.

 

Cette semaine, je t’explique que je voyage seule pour arrêter de me poser des questions.

 

Je me pose toujours mille et une questions. 

Et je n’ai aucune difficulté à trouver plusieurs réponses possibles à chacune d’entre elles. 

 

Je suis aussi très douée pour écrire des scénarios et tourner des films dans ma tête. 

Et c’est là que ça commence à devenir problématique lorsqu’on est une femme et que l’on envisage de voyager en solo. 

 

On arrive, comme par magie, à s’imaginer tout un tas de situations possibles auxquelles on n’a pourtant parfois jamais été confrontées dans la vie de tous les jours. 

Même le fait de se demander si et comment on devrait sortir puis rentrer chez nous le soir/la nuit ne nous fait pas autant peur que le voyage en solo. 

Parce qu’on sait, plus ou moins, comment trouver des solutions pour être de retour à la maison saine et sauve : utiliser la voiture, dormir sur place, se faire accompagner, etc. Et c’est malheureux à dire mais on finit par s’y habituer et à vivre avec ça. 

  

Mais le voyage en solo, c’est l’inconnu le plus total.

  

Et même lorsqu’on a réussi à sauter le pas, à être positive, optimiste et à se dire que tout va bien se passer, qu’il ne fallait pas avoir si peur au final, la réalité refait surface. 

Cette réalité, c’est le démon en nous. 

On continue à se faire du mal toutes seules et à exagérer toutes les situations en pensant qu’elles sont toujours en notre défaveur. 

  

Comme si le monde entier était contre nous, les femmes. 

 

Comme si tout le monde n’attendait qu’une chose, notre arrivée à un endroit X pour : 

– nous arnaquer ; 

– nous agresser verbalement et physiquement ; 

– nous violer (sortons les mots qui font le plus peur). 

  

Mais en fait, on n’est pas le centre du monde. 

  

Je ne le suis pas et tu ne l’es pas. 

Personne n’est là, prêt à nous attaquer juste parce qu’on est une femme voyageant seule. 

  

C’est ce que l’on croit toutes. 

Je le sais car moi aussi je me pose 36 000 questions à la seconde juste parce que je suis une femme seule à un moment donné et à un endroit donné. 

  

On est comme ça. 

On nous a habituées dès notre plus jeune âge à se poser des questions et à avoir peur. 

Mais quelles questions et peur de quoi/de qui, ça reste un non-dit et parfois même un mystère. 

  

On se débrouille alors lorsqu’on sort le soir et que l’on doit rentrer seule la nuit. 

Mais bon, une fois de temps en temps, ça va et puis on arrive à gérer ça. 

 

Le voyage en solo au féminin par contre, c’est LE saut dans le vide. 

 

On ne sait pas ce que l’on va trouver ni sur qui on va tomber et on n’a personne dans notre entourage pouvant nous donner des astuces. 

Non, à part nous conseiller de ne pas partir seules, personne ne nous dit ce qu’il faudrait faire dans certains cas ou face à certaines personnes. 

  

Je me rappelle encore cette fois, à Naples, où j’étais la seule femme avec 6/7 hommes dans un dortoir mixte pendant 4 nuits. 

Je peux te dire que même si j’avais réussi à vaincre mon appréhension de visiter toute seule Naples et que je pensais que désormais tout serait plus simple, ça ne m’a pas empêché de tourner à peu près 83 films d’horreur dans ma tête et à m’imaginer le pire des scénarios alors que tous les mecs, sans exception, se moquaient que je sois là ou pas. 

  

Mais que faire pour arrêter de se poser des questions ? 

Pour comprendre que même si je me retrouve seule avec plusieurs hommes dans un endroit comme un dortoir, ce ne sont que des gens ayant le même but que moi (voyager et dormir dans ce cas), pas des psychopathes là pour m’égorger ou me faire du mal. 

  

Si je n’avais pas voyagé en solo à Naples et dormi dans ce dortoir avec seulement des hommes, je ne l’aurais jamais compris et j’aurais toujours imaginé que ce serait l’occasion parfaite pour un mec de faire ce qu’il veut d’une femme seule. 

  

Et pourtant il s’est passé quoi ?  

On a fait connaissance, ils m’ont demandé si je voulais sortir avec eux et personne n’a insisté quand j’ai dit non. 

Ça ne m’a pas empêché de (bien) dormir alors que je pensais que je devrais veiller pour ma sécurité à leur retour. 

Ni de continuer à choisir des dortoirs mixtes lorsque je voyageais à nouveau seule et que je n’avais pas le choix comme à Vienne, Istanbul, Gênes, Turin, Londres. 

Ni de voyager en train de nuit dans un compartiment avec seulement des hommes. 

 

J’ai arrêté de me poser des tonnes de questions parce que j’étais une femme seule. 

 

Dans les rues, les parcs, les magasins, les restaurants et les bars, je ne me comporte pas comme une touriste mais toujours comme si j’étais chez moi, dans ma propre ville et je n’ai donc pas à me demander si X ou Y truc va se passer parce que ‘moi être étrangère et femme seule dans autre pays’. 

Je sais qu’on est toutes et tous là pour les mêmes raisons selon l’endroit : dormir, voyager, manger, boire, faire du sport, regarder un film, faire des achats, se promener, etc. 

 

Si je sens qu’une situation ou une personne me met mal à l’aise pour une raison X ou Y, je m’en éloigne tout de suite avant de me faire 36 films et du mal toute seule. Je me connais et je me fais suffisamment confiance pour écouter mon instinct et mon intuition. 

 

J’ai appris cela grâce à mes voyages en solo mais je l’applique désormais dans ma vie de tous les jours aussi. 

  

Voyager seule m’a aidé à arrêter de me poser des questions pour me faire du mal et à vivre tout simplement le moment présent. 

  

Le monde n’est pas plus dangereux que ton pays ou ta ville. 
Les gens ne sont pas plus dangereux que ceux que tu peux croiser chez toi. 

 

Si tu sais comment te comporter, comme si tu étais chez toi tout en respectant les règles de l’endroit où tu te trouves, et que tu te fais confiance, tu n’as pas à te poser des questions qui ne te viennent jamais en tête d’habitude. 

 

Voyage seule parce que tu es libre et profite de ton séjour.

je voyage seule pour arrêter de me poser des questions


Je souhaite transformer la série ‘Je voyage seule pour’ en projet collaboratif avec d’autres femmes voyageant ou ayant voyagé seules pour recueillir d’autres témoignagesque le mien et toucher beaucoup plus de femmes.
Si tu veux faire partie de cette aventure et partager l’une des raisons pour lesquelles tu voyages seule toi aussi, tu peux m’envoyer un e-mail (ciao@venividivenise.com) et je publierai ton texte sur le blog. 🙂

Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux et/ou me laisser un avis.

Et n’oublie pas : voyage seule parce que tu es libre.

Photo : Rome.


Si tu veux apprendre du vocabulaire plus riche et plus authentique en italien du lundi au vendredi pendant 1 mois avec mon coaching et profiter de ta semaine de découverte offerte, il te suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de réaliser ton inscription. 🙂

2 Comments

  • Kasia at 23:37

    Salut
    Comme toi je suis une experte dans l’imagination des scénarios ce qui fait que je ne sors que très peu (un peu agoraphobe sur les bords). J’espère quand même avoir le courage de mettre en pratique mon idée de voyage (2019 ou 2020).

    Reply
    • Arzu at 15:39

      Ciao!
      Je ne suis pas agoraphobe donc je ne peux pas te donner de conseils…
      Mais j’espère que tu arriveras à réaliser le voyage qui te fait envie comme tu veux !
      Tu voudrais partir en solo j’imagine mais où ? Essaye peut-être de commencer par la France pour ensuite viser l’étranger, ça pourrait t’aider ?
      Si tu veux en discuter, n’hésite pas à m’envoyer un email 🙂

      À bientôt,
      Arzu

      Reply

Leave a Comment