Pourquoi Venise ? Parce que Venise

Parce que Venise

(mai 2018 : 13/31 articles)
(lire ou relire ma déclaration pour Venise, mon amour)
(voir ou revoir Venise en 30 photos)

Je dis toujours que Venise n’est pas vraiment ma ville préférée parce que je ne la considère pas comme une ville ordinaire.

Je n’en connais pas beaucoup moi de villes composées de centaines de petites îles reliées entre elles par d’innombrables ponts qui la rende unique.

C’est un endroit qui possède à la fois l’âme d’un petit village et la frénésie d’une grande métropole, le tout dans un contexte totalement à part où tout le monde se connaît et se reconnaît et où il y a toujours quelqu’un pour t’aider ou pour te parler de tout et de rien.

 

Au début, je ne me voyais pas y vivre.

Je me demandais comment faisaient ses habitants avec les touristes et sans voiture. Je ne pensais même pas que l’on pouvait y vivre, qu’elle était aussi faite pour ça.

J’écoutais ma copine de la région vénitienne me dire que c’était son rêve, que si elle trouvait un travail dans sa branche à Venise, elle irait tout de suite y vivre peu importe les aspects négatifs.

 

Et j’ai compris ce qu’elle voulait dire quand j’ai débarqué sur cette petite île et que j’ai goûté à sa vie quotidienne.

Parce que Venise est extraordinaire mais elle est aussi et surtout ordinaire.

C’est un spot touristique, oui, mais Venise est beaucoup plus que ça pour moi. Il ne faut pas s’arrêter à cette image où tout a l’air juste magnifique et parfait. C’est en y vivant au quotidien que j’ai vite compris qu’elle était différente des autres villes, certes, mais qu’elle présentait aussi les mêmes problèmes qu’ailleurs.

Le prix des logements, l’acqua alta, l’humidité omniprésente, le peu de vie nocturne qu’elle offre, les trajets de minimum 30 minutes pour aller d’un point à un autre, la sensation d’être dans une ville fantôme, désertée par les Vénitiens et Vénitiennes mais envahie par les touristes. 

Certains et certaines finissent malheureusement par ne même plus voir la beauté de l’île qui est sous leurs yeux à cause du tourisme de masse qui est à la base de tout.

 

Mais j’aime Venise donc j’accepte les aspects négatifs qui font partie d’elle, et je reste toujours émerveillée comme au premier jour.

Je passe outre son image faussée de ville romantique, je ferme les yeux sur les attrape-touristes qui altèrent sa réputation, je me moque des touristes qui ne la respectent pas, ne la comprennent pas et pensent être dans un endroit féérique et irréel comme Disney. 

Je préfère découvrir et vivre la vraie Venise qui possède le rythme d’une grande ville mais offre également une vie de quartier paisible et typique.

 

Alors pourquoi j’aime Venise autant que ça ?

 

Parce que Venise est synonyme d’art, de culture et d’histoire

C’est un musée à ciel ouvert, une ville qui transpire la richesse culturelle et ça me désole de la voir réduite aux touristes, au carnaval actuel, aux bateaux de croisière, aux prix exorbitants et à cette image de ville romantique.

 

Parce que Venise est photogénique comme aucune autre ville

Sous le soleil, la neige, la pluie ou la brume, elle reste belle tout le temps. Entre ses panoramas à couper le souffle, son architecture unique, ses couleurs, ses palais, ses ponts, ses calli, ses ruelles étroites, ses campi et campielli, ses rive, son unique place, sa seule strada et ses deux rues, ses fondamente, ses îles, ses rii, ses canaux, ses plaques de rues en dialecte locale, ses maisons, ses corti, ses balcons et son linge, etc. Et je ne me suis jamais lassée de son décor, ce qui est tout nouveau pour moi.

 

Parce que chaque quartier ou sestiere a son charme

Et mon préféré est Castello parce qu’il est isolé, loin mais en même temps proche de tout, que je peux me balader et courir sans jamais me sentir étouffée par la foule de touristes.

 

Parce que Venise est proche des grandes villes de la région

C’est un point de carrefour idéal pour voyager dans toute l’Italie et ailleurs.

 

Parce que Venise a une taille parfaite et un mode de vie qui me convient

Elle n’est ni trop grande, ni trop petite, je peux la traverser en moins de 45 minutes et elle recouvre toutes les caractéristiques dont j’ai besoin dans une ville. Tout est très lent parce qu’il n’y a pas de voitures et que tout se fait à pied mais paradoxalement, tout va aussi très vite parce que la ville est constamment en action.

 

Parce que Venise une ville vivante

Et je ne parle pas des touristes, loin de là. Il suffit de faire un tour sur les campi populaires, entre Santi Giovanni e Paolo, San Polo, Santa Maria Formosa et Santa Margherita, pour observer la vie vénitienne avec les jeunes et les adultes en terrasse à siroter un Spritz et tous les enfants qui jouent à cache-cache, font une partie de foot et courent partout.

 

Parce que Venise de nuit

La nuit, elle est encore plus magique avec le calme total qui y règne et la totale sécurité que je ressens dans ses ruelles vides. C’est une île déserte où j’ai l’impression d’être seule au monde et c’est une sensation qui me procure un vrai bonheur.

 

Parce que Venise et mes petits bonheurs absolus

Commencer ma journée non pas par le métro ou le trafic mais par 30 minutes de marche pour m’oxygéner et me réveiller en douceur ; aller faire mes courses dans un décor irréel ; travailler à la bibliothèque en écoutant un gondolier en fond ; traverser 15 ponts pour un trajet de 5 minutes ; me poser sur un quai ou sur un banc pour contempler le paysage et les îles en face dans le calme ; marcher dans les ruelles étroites sans touristes ; avoir Venise pour moi la nuit ; visiter ses musées et ses palais encore et encore ; rêver le long d’un canal ; me poser sur mon campo préféré et observer la vie vénitienne ; manger des tramezzini au comptoir ; déguster des sarde in saor en me demandant si j’aime ça et recommencer pour mieux comprendre ; faire le tour des bacari pour boire une ‘ombre’(un verre de vin) et manger des cicchetti ; courir en admirant le coucher de soleil ; m’arrêter sur mon chemin pour contempler Venise ; prendre le vaporetto même si j’en ressors toujours bourrée à chaque fois ; arriver sur l’île en train et admirer le panorama depuis le pont de la Liberté ; traverser le pont de l’Académie pour me remémorer sa vue à couper le souffle ; m’autoriser à passer par Rialto de temps en temps pour sourire ; boire des Spritz à n’importe quelle heure de la journée…

 

La vie à Venise n’est pas facile tous les jours, elle est fatigante mais ô combien reposante et calme.

Parce que Venise est indescriptible et inoubliable pour celles et ceux qui savent en profiter, qui aiment se promener et rêver.

Et c’est comme ça que j’ai choisi de la vivre.

Si tu veux apprendre du vocabulaire plus riche et plus authentique en italien du lundi au vendredi pendant 1 mois avec mon coaching gratuit, il te suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de réaliser ton inscription. 🙂

Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux et/ou me laisser un avis.

Tu peux aussi aller lire la présentation complète de mon coaching personnalisé Apprendre l’italien par la traduction’ ici et te rendre ensuite sur cette page où tu trouveras toutes les informations nécessaires quant au programme et à la marche à suivre pour y accéder.

Si tu veux recevoir des astuces pour apprendre l’italien, c’est par ici.

Et n’oublie pas : voyage seule parce que tu es libre.


Photo : Venise.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

3 thoughts on “Pourquoi Venise ? Parce que Venise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *