Ma vie de traductrice aux yeux de tous

vie de traductrice

Aujourd’hui, je vais enfin te parler de ma vie de traductrice car 1/ cela te permet de mieux me connaître personnellement et professionnellement et surtout 2/ il s’agit d’une thématique sur laquelle je veux arrêter mon attention et réfléchir tout au long de ce blog de manière à tirer le meilleur de mon métier et à améliorer ma pratique et la tienne si tu travailles et/ou penses te lancer dans le même milieu.

Je suis donc traductrice oui, mais j’exerce de manière indépendante (freelance si tu préfères) et je vais d’abord aborder le thème de la traduction pour ensuite passer à mon statut et au régime fiscal de la micro-entreprise.

 

« Ah, donc t’es traductrice ? »

C’est ce qu’une personne me sort en premier à chaque fois qu’elle apprend ce que je fais dans la vie, et après avoir affirmé que j’avais de la chance et que c’était trop cool, elle continue à me donner son avis en étant extrêmement sûre de me dévoiler une vérité générale.

Voici donc un aperçu non exhaustif de ce qu’est ma vie de traductrice aux yeux de tous :

C’est simple comme bonjour

Il suffit d’ouvrir un dictionnaire bilingue et de recopier chaque mot par son équivalent dans une autre langue. Et en plus, tout le monde peut le faire après avoir passé quelques mois (voire quelques semaines !) à l’étranger puisque c’est si facile de devenir bilingue.

C’est rapide… et même instantané dans l’idéal

On a bien dit qu’il s’agit juste de remplacer des mots d’une langue à l’autre, non ? C’est la raison pour laquelle la traductrice que je suis est forcément capable de traduire des dizaines et des dizaines de pages par jour et même de réaliser une traduction initialement prévue pour le jour précédent. Eh oui, tout est possible dans une vie de traductrice !

Enfin et surtout, plus personne n’a besoin de traduction puisque les nouvelles technologies le font pour le monde entier. Il suffit de coller un texte sur un programme et la traduction apparaît instantanément comme par magie. Merci Google, les machines et les robots qui existent, facilitent et changent notre vie !

C’est gratuit

Google ne demande à personne de payer, ni la fille de ta meilleure amie qui revient de son tour du monde, et encore moins la secrétaire qui connaît un peu une langue étrangère et qui peut donc faire l’affaire une ou deux fois de manière exceptionnelle. Où va donc le monde avec cette traductrice qui propose ses tarifs ?!

C’est traduire que des livres et des films…

et rouler sur l’or ! Tiens, il est donc possible d’être riche en travaillant gratuitement ? Ou on confond traductrice et interprète ?

C’est faire comme Nelson Monfort !

Ou mieux, comme le type qui explique ce que raconte le footballeur étranger lors d’une conférence de presse. Traductrice, interprète… c’est la même chose !

C’est être experte dans tous les domaines

En plus de savoir l’utiliser, je dois carrément être le dictionnaire et tout connaître sur tout. Si j’hésite sur le sens d’un mot ou sur un jeu de mots, que je me pose un peu de questions, que je doute, que j’analyse trop chaque mot, cela signifie que je ne connais pas du tout la langue, que je me fous de la gueule des gens et que je suis tout simplement incompétente. La traduction c’est traduire dans tous les domaines et dans toutes les langues ! Il est donc normal que la traductrice soit polyglotte et qu’elle connaisse sur le bout des doigts tous les sujets possibles et imaginables.

Enfin, et surtout, ce n’est pas un vrai métier

Effectivement, c’est facile comme tout, quiconque peut le faire, et surtout les machines automatiques, c’est gratuit, rapide et instantané. Et puis désormais, tout le monde parle anglais ou le baragouine, alors pourquoi faire appel à une traductrice professionnelle ? C’est tellement évident bien sûr, vive l’anglais et mort aux autres langues ! Pourquoi elles existent d’ailleurs, hein ?

Mais c’est qui est drôle et contradictoire avec ce soi-disant faux métier, c’est que personne ne se demande comment ils ou elles arrivent à regarder le dernier film à l’affiche, à monter un meuble, à faire marcher une machine, à lire les précautions avant de prendre un médicament, etc.

Tout ceci est naturel, acquis et réalisé bénévolement par une personne qui doit être capable de tout traduire, depuis et vers toutes les langues et dialectes du monde, et qui en plus gagne des mille et des cents !

Pour résumer, la traduction est tout simplement une discipline qui suscite de nombreuses réactions (fondées ou non) et qui divise tout le monde, tant les personnes qui exercent cette profession que celles qui sont extérieures au milieu bien qu’elles y soient confrontées au quotidien.

Je te retrouve demain pour t’expliquer ce qu’est réellement la traduction dans la vraie vie du point de vue d’une personne qui en a fait son métier et la pratique au quotidien.


Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux et/ou me laisser un avis.

Si tu veux apprendre l’italien, c’est par ici.

Et n’oublie pas : voyage seule parce que tu es libre.


Photo : rawpixel/Pixabay.

2 thoughts on “Ma vie de traductrice aux yeux de tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *