Voyager en solo et en sécurité quand on est une femme

Voyager en solo et en sécurité quand on est une femme

voyager en solo et en sécurité quand on est une femme

Le monde n’est pas sûr.

C’est un fait.

Et tu ne peux rien pour changer cela à ton échelle individuelle. Sinon, la question de voyager en solo et en sécurité quand on est une femme ne se poserait même pas.

Il est donc ‘normal’ que tu aies peur d’affronter ce monde.

On te rabâche depuis que tu es née qu’il faut que tu fasses attention. Et parfois, tu ne sais même pas à quoi, tu sais juste que tu dois être attentive, plus que les hommes, parce que tu es une femme.

 

Puis tu grandis, on te montre et raconte ce qui se passe dans le monde ou à deux pas de chez toi.

Et, inconsciemment ou pas, tu commences à te dire que c’est vrai, que les infos à la télé montrent la vérité pour t’avertir et te protéger (humm…), que tes parents et te proches pensent encore plus à toi, qu’ils ou elles ne veulent que ton bien.

Et tu vis ainsi, sans que cela te pose plus de problèmes que ça.

 

Jusqu’au jour où tu commences à avoir envie de quelque chose de nouveau, d’inconnu, d’inhabituel, de nouvelles sensations.

Il peut s’agir de tout et n’importe quoi.

Ici par exemple, tu désires, au fin fond de toi, tenter l’aventure d’un voyage en solo pendant 2 jours, 1 semaine, 1 mois, 6 mois, 1 an, peu importe.

Mais tu retardes et repousses ton objectif parce que l’inconnu, le nouveau, l’inhabituel, l’extraordinaire fait peur et le monde et les autres ne t’aident pas à diminuer ce sentiment.

 

Alors que faire pour voyager en solo et en sécurité quand on est une femme ?

Le risque zéro n’existe pas, que tu sois en voyage en solo ou à plusieurs, à l’étranger ou dans les rues de ta ville.

Personnellement, je ne me suis jamais sentie en danger, même quand j’étais dans les Quartiers Espagnols à Naples et qu’il y a eu un règlement de comptes après ma visite, même quand j’étais la seule femme dans des dortoirs avec 6/7 mecs, même quand un mec bourré a sorti un couteau pour arrêter le train à Palerme et que des mecs ont commencé à s’embrouiller avec lui.

 

Mais comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir.

Garde à l’esprit qu’il n’y a pas de solution miracle et que ce qui te fait peur en voyage en solo à l’étranger peut se réaliser dans ton propre pays en allant prendre le métro, faire tes courses ou te promener.

C’est justement pour cette raison que, selon moi, il est préférable (voire essentiel) de voir le voyage comme si tu étais dans ta propre ville parce que tu n’auras qu’à te comporter comme d’habitude et à prendre les mêmes précautions que tu prends au quotidien dans ta ville, chez toi.

 

Voyager en solo et en sécurité quand on est une femme

Voici quelques conseils pour voyager en solo et en sécurité quand on est une femme :

 

Ne pas parler à tout le monde

 

En particulier, mettre une distance physique entre toi et les hommes.

Cette précaution est compréhensible car les femmes se font constamment harceler, que ce soit dans la rue, au travail ou chez elles. Elles sont beaucoup plus sujettes aux risques d’agression sexuelle et de viol que les hommes et ce n’est pas moi mais les chiffres qui parlent.

Mais attention, cela ne veut pas dire que tu dois être remplie de préjugés et penser que chaque personne qui t’aborde est dangereuse. La plupart du temps, les gens sont juste curieux et ne veulent que discuter, parler de la pluie et du beau temps, partager un souvenir.

L’important, mais aussi le plus dur pour certaines, est de se fier à son intuition et de ne pas chercher à paraître sympa ou cool et à être copine avec tout le monde.

Ce n’est pas le but ici.

Par exemple, on sait toutes depuis toujours qu’il faut faire preuve de bon sens et ne pas monter dans la voiture d’un inconnu.

Et je suis entièrement d’accord. Mais ça ne m’a pas empêché de le faire (une seule et unique fois) à Turin parce que j’ai senti que l’homme voulait sincèrement m’aider.

Au final, on a passé les 5 minutes de trajet à discuter de voyages, de son fils qui a passé 10 ans à voyager dans le monde entier et qui vit maintenant en Australie, de la beauté de Catane et quand je suis descendue, il m’a dit de faire attention à moi.

 

Ne faire confiance à personne

 

Il ne faut jamais se reposer sur une personne rencontrée en voyage, que ce soit un homme ou une femme, touriste ou pas, que vous vous entendiez à merveille depuis 2 jours ou 2 semaines.

Cela sous-entend que tu ne dois pas lui confier tes affaires le temps d’aller aux toilettes ou faire je ne sais quoi, qu’il s’agisse d’un sac, d’un gilet, de 2 centimes ou de ton portable.

Pareil pour les soirées en boîte de nuit ou dans un bar : ne jamais boire le verre que l’on te propose, même si tu connais et t’entends bien avec la personne.

Et cela vaut aussi pour les activités et les visites : n’attends pas les disponibilités des gens sur place pour faire quoi que ce soit. Tu as osé et eu le courage de partir seule donc ne gâche pas ton séjour pour et à cause des autres.

 

Éviter d’arriver au milieu de la nuit et réserver au moins la première nuit

 

Si je ne connais pas la ville où je me rends, je fais toujours en sorte d’arriver avant la tombée de la nuit (assez galère en hiver, je te l’accorde).

Mais malheureusement, tout ne dépend pas de moi… Par exemple à Macerata, j’avais prévu d’arriver vers 15 heures mais mon premier train a eu 2 heures de retard et j’ai raté toutes mes correspondances. Le temps que je trouve d’autres trains, je suis arrivée sur place en pleine nuit mais j’ai eu la chance de tomber sur un Polonais qui avait réservé la même auberge de jeunesse que moi et on a pu se débrouiller ensemble.

Dans tous les cas, je réserve toujours ma première nuit et je prends un taxi si j’arrive tard.

 

Privilégier les dortoirs féminins dans les auberges de jeunesse lorsque cela est possible

 

Toutes les auberges ne permettent malheureusement pas toujours cette option et je ne comprends pas mais bon, soit.

Si tu n’as pas le choix, que tu dois forcément dormir dans une auberge de jeunesse mais qu’il n’y a que des dortoirs mixtes, ne commence surtout pas à paniquer.

Les hommes sont là pour les mêmes raisons que toi, à savoir voyager, et ont opté pour l’auberge pour les mêmes raisons que toi (argent, emplacement, rencontres, etc.).

Tu n’as pas à t’inquiéter outre mesure même si tu es la seule femme dans le dortoir et je parle en connaissance de cause puisque ça m’est arrivé très souvent.

Engage la conversation pour essayer de comprendre le genre de personnes et te rassurer. Passée la première nuit où tu peux craindre le pire en te créant 398 films à la seconde dans ta tête et en te faisant peur toute seule, les seules choses qui vont te saouler seront les ronflements et ceux qui rentrent tard et font du bruit.

Maintenant si tu ne te sens vraiment pas à ton aise, que les hommes du dortoir te paraissent extrêmement louches, il est inutile de forcer pour paraître forte ou je ne sais quoi : demande à changer de dortoir ou rends-toi directement dans un autre hôtel.

Ne choisis pas l’auberge pour économiser à tout prix, choisis ta sécurité si tu as peur de te retrouver seule avec des hommes et réserve une chambre dans l’hôtel le moins cher que tu trouves.

 

Loger en plein centre-ville

 

Que tu préfères les auberges de jeunesse, les hôtels, les B&B ou les appartements à louer, opte toujours pour un logement situé en centre-ville pour pouvoir facilement rentrer à pied après le dîner ou une soirée et éviter ainsi les longs trajets en bus ou métro. Dans le cas contraire, évite d’être seule la nuit et prends toujours un taxi s’il le faut.

 

Si possible, toujours demander ton chemin ou une information aux femmes…

 

…ou, comme moi, aux pépés, aux flics ou aux commerçants. Cela t’évitera de tomber sur un relou et de devoir chercher une solution pour t’en débarrasser.

 

Ne pas avoir l’air d’une touriste

 

Personnellement, je déteste être directement vue et cataloguée comme la touriste même si j’en suis objectivement une parfois et je préfère faire semblant d’être une habitante locale.

Je pense que le fait de sembler quiconque peut m’éviter certaines situations et faire fuir certains relous à la recherche d’étrangères naïves à entuber.

 

Et enfin, le plus dur mais aussi le plus important, avoir confiance en toi, dégager de l’assurance et ce, même si au fond tu meurs de trouille

 

Il faut tout de suite mettre les points sur les i et dire à la personne qui te dérange de partir immédiatement, de te laisser tranquille en étant ferme et directe.

Par exemple à Naples, un homme m’a accosté alors que je me promenais en bord de mer. Il a commencé à marcher avec moi sans me demander mon avis en me parlant de tout et de rien et je le laissais faire en me moquant gentiment de lui et de tout ce qu’il me racontait. Mais dès que ça a commencé à me saouler, je lui ai dit qu’on avait bien rigolé mais que maintenant je voulais qu’il me laisse tranquille, et il l’a fait.

Pendant le même séjour, j’étais dans un train de banlieue de retour à Naples et un homme est venu s’asseoir en face de moi pour essayer de me parler mais j’ai tout de suite senti qu’il était louche et qu’il allait me saouler.

Je lui ai clairement dit de me laisser tranquille en étant agressive mais il insistait parce qu’il partait et revenait à la charge à plusieurs reprises. Le wagon était presque vide et je n’avais pas envie de changer de place pour ne pas me rabaisser à ce con et j’avais surtout peur qu’il me suive mais j’ai eu de la chance parce qu’il a fini par descendre du train.

Je pense que ce qui m’a ‘sauvée’ a été de ne pas montrer que j’avais peur parce que je n’arrêtais pas de le fixer lorsqu’il pointait son regard sur mes cuisses et je n’ai pas arrêté de lui dire de clairement dégager tout en l’ignorant.

Il faut essayer d’avoir du caractère, du répondant et/ou savoir t’imposer, crier ou faire un scandale dès qu’une personne te prend la tête, te dérange, te met mal à l’aise, insiste, etc.

Et si cela signifie que tu dois jouer un rôle, faire semblant d’être sûre de toi, il faut le faire. Je sais que c’est facile à dire mais ce n’est pas impossible : crois en toi et fais-toi confiance.

 

Ne surestime pas le voyage (en solo) qui n’est rien d’autre qu’une manière de vivre ta vie, comme tu le fais si bien chez toi sans te l’interdire parce que tu es une femme.

L’important est de reconnaître les risques et de les accepter car après tout, ce sont les mêmes que tu prends au quotidien chez toi, dans ta propre ville.

 

Alors pourquoi t’empêcher de voyager en solo parce que tu es une femme ?


Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux et/ou me laisser un avis.

Tu peux aussi aller lire la présentation complète de mon coaching personnalisé Apprendre l’italien par la traduction’ ici et te rendre ensuite sur cette page où tu trouveras toutes les informations nécessaires quant au programme et à la marche à suivre pour y accéder.

Si tu veux recevoir des astuces pour apprendre l’italien, c’est par ici.

Et n’oublie pas : voyage seule parce que tu es libre.


Photos : Venise.


Reader Comments

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *