Voyager seule ne signifie pas être seule

solitude

Être seule, c’est plaie.

La solitude te fait peut-être peur et t’empêche sûrement de partir pendant quelques jours, semaines ou mois. Autant tu peux comprendre que tu n’as pas d’autres choix que partir seule à l’aventure si tu ne trouves personne voulant t’accompagner ou partageant le même intérêt que toi pour une ville ou un pays en particulier… mais alors la solitude sur place t’angoisse et tu ne penses pas pouvoir ni avoir le temps de connaître des gens pour établir des liens.

Et c’est souvent la première motivation des gens à partir à plusieurs, bien avant la peur de l’agression ou de trop dépenser, car une fois sur place, que va-t-on donc pouvoir faire tout.e seul.e ?

Tu es peut-être timide ou introvertie et tu as peur de ne rencontrer personne, de te retrouver à ne pas profiter de ton séjour par angoisse ou par honte du regard des autres.

Tu vas peut-être loger dans un hôtel ou dans un appartement et tu penses que tu vas forcément être seule du début à la fin.

Du coup, tu te dis qu’il va falloir que tu ailles dans une auberge de jeunesse dans l’espoir justement de connaître du monde. Puis tu vas tout mettre en oeuvre pour créer des liens et faire des activités ensemble, partager certains moments de la journée ou de ton séjour.

En vous retrouvant par exemple pour faire ensemble des choses que tu n’aimes pas faire toute seule : déjeuner ou dîner au restaurant, aller au musée ou au cinéma, visiter un monument ou tout simplement se promener, partager un trajet en bus/train/taxi, etc.

Cela peut également être un moyen d’affronter le regard des autres voyageurs et voyageuses ou des habitants si tu ne te sens pas très à l’aise toute seule.

En fait, peu importe ton logement, tu vas rencontrer tout un tas de gens et tu vas même avoir l’embarras du choix tout au long de ton voyage. Il ne faut pas t’imaginer que tu vas être toute seule du début à la fin à moins que tu le veuilles vraiment et que tu fasses tout pour que les gens ne te fassent pas chier et te laissent tranquille dans ton coin.

Ce sera même beaucoup plus simple si tu pars seule car les autres voyageurs et voyageuses en solo ou en groupe ainsi que les habitants seront plus enclins à t’aborder.

Mais la solitude ne se comble pas avec les gens.

C’est un concept beaucoup plus complexe que cela. Il ne suffit pas d’avoir une ou deux personnes, inconnues ou non, à tes côtés pour résoudre le ‘problème’ que représente la solitude à tes yeux.

Tu vas peut-être te sentir moins seule au début mais au fond, ce ne sera qu’une impression.

Tu peux effectivement préférer partager des moments avec des inconnu.e.s plutôt qu’avec les personnes de ton entourage au lieu d’être toute seule et je comprends parce que ça m’arrive aussi parfois, comme à tout le monde. Mais ce n’est pas la (bonne) solution parce que tu n’es pas partie seule pour être à tout prix à la recherche des autres sur place.

Je te l’ai déjà dit ici, tu peux être entourée de personnes qui te sont chères (ou pas) et te sentir seule au monde moralement et être au contraire seule physiquement mais te sentir entourée de monde, de paysages, de beauté, de soleil, de chaleur, de sensations, d’expériences, etc.

La solitude n’est pas une maladie.

Tu ne risques rien de grave si un jour, rien qu’un seul jour, tu fais quelque chose toute seule même si cela te semble inhabituel, étrange ou ridicule parce que c’est considéré comme une activité à faire à plusieurs (selon qui ?).

Il est temps de changer de mentalité, de comprendre et d’accepter que la solitude n’est pas une tare mais plutôt un choix. Rien de plus, rien de moins.

Les introverties comme moi le savent déjà et n’ont aucun problème à (l’idée de) voyager seule et à tout faire en solo, que ce soit en voyage ou dans sa propre ville.

Il faut partir du principe que l’on n’a pas besoin d’autrui pour faire quoi que ce soit, qu’il n’y a pas de règles établies pour faire telle ou telle activité et qu’il n’y a rien de plus naturel que de faire quelque chose que l’on veut toute seule.

Si tu as dans ton entourage une personne qui a la même envie et/ou le même besoin au même moment que toi, OK, mais ce n’est pas parce que tu es seule que c’est moins bien ou même carrément nul.

Tu dois accepter d’être seule physiquement et aérer ton esprit pour remplir tes journées et la soi-disant ‘solitude’ par des souvenirs, des rencontres furtives, des anecdotes, des activités, des événements, des sorties, etc.

Tes journées vont être remplies de découvertes, d’activités et tu vas te rendre compte que tu n’auras même pas le temps de penser que, ah oui, c’est vrai, tu es seule physiquement, parce que tu vas juste kiffer et profiter de tout ce que tu fais, vois et vis.

Tu vas sans cesse rencontrer des personnes toutes différentes les unes des autres qui pourront être là si tu le désires à un moment X ou à un endroit Y sans pour autant créer de liens avec elles parce que ce n’est pas avec leur présence physique que tu vas te sentir mieux parce que tu vas tout simplement être bien dans ta tête.

Parce que la solitude, c’est un état d’esprit. Si tu ne l’es pas dans ta tête, tu ne seras et tu ne te sentiras jamais seule.

Tu vas avoir le temps de t’occuper, non ti preoccupare ! (j’aime beaucoup mon jeu de mot)

Chaque voyage va t’apporter un souvenir particulier et unique parce qu’il va toujours t’arriver quelque chose, tous les jours, tout le temps.

Imagine ton voyage en solo comme un calendrier de l’Avent et demande-toi ce que tu vas bien pouvoir découvrir aujourd’hui ? Quel monument, quelle place, quel restaurant, quel événement culturel ? Qui vas-tu rencontrer demain ? Quel sourire ou regard va égayer ta journée ? Quel paysage va t’émerveiller le surlendemain ? Que va-t-il se passer le jour d’après ?

Ton voyage va te dévoiler une mini surprise tous les jours. Comme devant ton calendrier de l’Avent, tu vas être impatiente de découvrir ta friandise, à savoir ton bonheur de la journée.

Mes petits plaisirs à moi sont tout simples, comme par exemple tomber par hasard sur une exposition de peinture à Turin et découvrir et apprécier les oeuvres d’un artiste contemporain talentueux ; sympathiser avec d’autres touristes en faisant la queue pendant des heures pour visiter les musées du Vatican ; rester scotchée face à Soltanto, un chanteur de rue à Milan, qui possède une voix exceptionnelle, l’une des plus belles que j’ai entendue dans ma vie ; tomber en amour devant la passeggiata de Nervi alors que c’est une simple promenade en bord de mer et donner raison à sa réputation de plus belle promenade au monde ; me poser sur un banc pour profiter du soleil, fermer les yeux et me dire que le bonheur c’est ça, puis les rouvrir parce que deux mémés s’installent à côté de moi et parler de tout et de rien avec elles, puis m’en aller pour laisser ma place à leur amie qui les rejoint ; en prendre plein les yeux face aux oeuvres de certains artistes ; courir en traversant tous les ponts de Venise ; aider un couple de touristes à trouver leur chemin à Gênes ; le sourire d’un enfant (alors que je déteste cette espèce) à Bari qui veut à tout prix m’aider en pensant que je suis perdue alors que pas du tout ; le policier à Catane qui me demande ce que je fous en Sicile toute seule, si je n’ai pas peur et qui finit par me dire que j’ai raison de pas avoir peur ; le monsieur qui arrête un bus pour moi à Istanbul et dit au chauffeur de me déposer où je veux ; découvrir toutes les rues et ruelles possibles et imaginables dans toutes les villes ; me poser sur une place et rien faire ; découvrir les villes d’en haut, toujours ; le serveur du restaurant en face de mon auberge à Cagliari qui me parle et rigole avec moi comme si on se connaissait depuis toujours, qui me dit que je peux revenir payer un autre jour parce qu’ils prennent pas la carte et qui me salue tous les jours en me voyant, comme si je faisais partie de la ville depuis toujours, etc.

Tu ne vas pas passer pas ton voyage avec ces personnes, ce seront des rencontres furtives. Tu vas rester seule physiquement mais jamais mentalement. Et c’est le secret pour éviter la solitude, celle qui fait peur à tout le monde.

À toi de te lancer, de partir seule mais de ne jamais te sentir seule.


Si cet article t’a plu et que tu en as envie, tu peux le partager sur tes réseaux et/ou me laisser un avis.

Si tu veux apprendre l’italien, c’est par ici.

Et n’oublie pas : voyage seule parce que tu es libre.


Photo : Venise.

4 thoughts on “Voyager seule ne signifie pas être seule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *